Actualisé 23.04.2008 à 21:17

«Les meilleurs n'ont pas à payer leurs études master»

L'économie veut favoriser la crème des étudiants. Les plus
laborieux devront payer la note au prix fort.

C'est un gros pavé dans la mare que lance Economiesuisse. L'organisation remet rien moins en cause que l'égalité des chances au niveau des hautes écoles universitaires. Son credo: il faut améliorer la qualité et mieux tenir compte des résultats.

«Les meilleurs étudiants doivent ainsi être récompensés par une exemption des taxes. En revanche, les étudiants qui sont admis de justesse aux études de master devraient s'acquitter du montant le plus élevé», explique Rudolf Minsch, chef économiste. Pour lui, «seules les taxes d'études élevées incitent à obtenir une meilleure performance».

Pour les représentants de l'économie, il est normal que la masse des étudiants passent à la caisse. Ils y voient deux raisons: l'Etat paie aussi de plus en plus pour la recherche et l'innovation, et ceux qui décrochent un master trouveront de meilleurs débouchés sur le marché du travail.

Pour la Fédération des associations d'étudiants et étudiantes de l'Université de Lausanne (FAE), cette proposition choc «confine au ridicule. Les étudiants ne sont pas des ânes: on ne les fera pas étudier mieux en leur tendant la carotte d'une réduction de taxes.»

Plusieurs hautes écoles à l'étranger offrent déjà les études aux jeunes surdoués. C'est notamment le cas à Fribourg-en-Brisgau et à Constance (All) où les QI de plus de 130 sont dispensés des frais universitaires.

Martial Messeiller

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!