Actualisé 05.05.2008 à 21:22

Les membres de l'UDC vaudoise boudent Eveline Widmer-Schlumpf

Invité par son collègue Philippe Leuba, Jean-Claude Mermoud a assisté à la discussion entre Eveline Widmer-Schlumpf et la population vaudoise, «en tant que conseiller d'Etat qui vient entendre une conseillère fédérale».

Au petit jeu des questions –réponses avec les Vaudois, le conseiller d'Etat UDC estime qu' «Eveline Widmer-Schlumpf a été fidèle à elle-même et s'est bien défendue, même si je ne partage pas le 100% de ses idées». Pour Jean-Claude Mermoud, la surprise est venue de la salle. «Je trouve étonnant que les gens, qui ne sont pas de la couleur politique d'Eveline Widmer-Schlumpf, lui disent d'être plus dure avec son propre parti».

A la veille du congrès de l'UDC Vaud qui se tiendra aujourd'hui à huis clos à Poliez-le-Grand, un premier constat s'impose: peu de membres du parti agrarien vaudois se sont déplacés à l'Université de Lausanne pour écouter la conseillère fédérale défendre notamment sa position en matière de politique d'intégration, l'un des thèmes central de la discussion. Pour Jean-Claude Mermoud, «cela démontre le malaise qu'elle va avoir pour mener à bien sa politique».

Isolée au sein de son parti, pointée du doigt dans un documentaire racontant l'éviction de Christoph Blocher du Conseil fédéral, Eveline Widmer-Schlumpf a pu compter sur le soutien d'un bon millier de Vaudois, de tous bords politiques.

Mermoud contre l'éviction de la section grisonne de l'UDC suisse

D'après différents politiciens, cette venue en terre vaudoise n'aura que peu d'incidence sur les décisions qui seront prises aujourd'hui par les délégués de l'UDC vaudoise sur l'éviction ou non de la section grisonne de l'UDC suisse. «Le débat va se faire démocratiquement», estime Jean-Claude Mermoud qui a toujours ouvertement donné son avis sur les questions qui secouent le landerneau politique. «Je suis opposé à l'éviction de la section grisonne. Par contre, je voterai pour l'éviction d'Eveline Widmer-Schlumpf de l'UDC. J'estime qu'elle n'aurait pas dû accepter son élection.»

Difficile aujourd'hui de prédire la position de la section vaudoise de l'UDC, même si le conseiller d'Etat vaudois pense que ses collègues de parti partagent pour beaucoup son point de vue. Mais une surprise n'est pas à exclure: «Un de mes soucis, c'est qu'en se divisant, on ferait le lit de la gauche. Et ça, ce serait navrant. J'espère que l'on arrivera à gérer cela», poursuit-il.

La section vaudoise de l'UDC se prononcera aujourd'hui sur le processus d'exclusion de la section des Grisons de l'UDC suisse. Demain, ce sera au tour de l'UDC fribourgeois de donner son avis sur la question. Forte du soutien de l'UDC grisonne et de l'UDC bernoise, Eveline Widmer-Schlumpf n'a pas souhaité commenter les futures décisions dans les deux cantons romands. Une conseillère fédérale qui n'a pas eu trop de peine à conquérir un auditoire acquis à sa cause et qui a rappelé au passage qu' «elle a été élue démocratiquement par l'Assemblée fédérale, par des gens qui connaissaient ses positions politiques».

Didier Bender

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!