Consommation: Les ménages suisses restent prudents

Actualisé

ConsommationLes ménages suisses restent prudents

Le climat de consommation en Suisse est resté globalement stable en juillet. L'indice le mesurant ressort à -9 points, contre -5 points en avril, selon l'enquête publiée chaque trimestre par le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

L'évolution observée depuis plusieurs trimestres traduit «une attitude générale plutôt réservée des ménages privés en Suisse, sans optimisme ou pessimisme marqué», analyse mercredi le SECO. L'enquête réalisée sur son mandat par l'institut d'étude de marché DemoScope porte sur un échantillon de quelque 1200 ménages.

Depuis mi-2011, l'indice est très proche de sa moyenne historique, fait remarquer Bruno Parnisari, responsable du secteur conjoncture au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), contacté par l'ATS.

Embellie à confirmer

La conjoncture internationale n'a pas fondamentalement changé durant les deux, trois derniers trimestres, explique-t-il. L«attitude pratiquement inchangée des ménages en Suisse durant les derniers trimestres traduit également cette évolution.

«Les derniers chiffres du climat de consommation en Europe ont commencé à montrer quelques embellies, mais il faudra que cette évolution se confirme avant de parler d'un regain de confiance généralisé en Europe», résume Bruno Parnisari.

Les perspectives concernant l'évolution de la situation économique se sont assombries en juillet. Les attentes des ménages sont passées de 3 points en avril à -6 points en juillet, niveau proche de la moyenne historique (-10 points).

Craintes pour l'emploi

Les perspectives quant à l'évolution du chômage se sont également détériorées à 54 points, après une amélioration lors de l'enquête d'avril (47 points).

Les appréciations des ménages concernant l'évolution future de leur situation financière n'ont en revanche que peu bougé, le sous-indice s'inscrivant à -1 point en juillet, contre 2 points au trimestre précédent. La possibilité d'épargner au cours des mois à venir est également restée stable (26 points en juillet contre 23 points en avril).

Les autres sous-indices présentent un tableau relativement inchangé, indique le SECO. L'opinion des ménages sur la situation économique générale au cours des douze derniers mois est demeurée quasiment inchangée, avec -9 points, contre -7 points en avril.

Il en va de même pour l'évolution de la situation financière des ménages au cours des douze derniers mois avec -8 points, contre -10 points trois mois plus tôt.

Hausse des prix

L'opportunité d'engager de grosses dépenses n'a pas non plus changé sensiblement entre avril et juillet (+0 point contre 5 points en avril). Même constat pour l'appréciation de la sécurité de l'emploi qui atteint -69 points, après -65 points en avril. Ce dernier indice reste bien en deçà de sa moyenne historique pluriannuelle de -55 points, relève le SECO.

Les appréciations des évolutions des prix présentent une plus grande variation. Selon les ménages privés, le renchérissement au cours des douze derniers mois s'est significativement accentué à 44 en juillet, contre 32 en avril.

Les anticipations de l'évolution des prix durant les douze mois à venir ont également été sensiblement revues à la hausse (53 contre 34 en avril). Reste que ces deux sous-indices se situent nettement en dessous des valeurs moyennes pluriannuelles, note le SECO. (ats)

Baisse des prix à la consommation en Suisse en juillet

Conséquence des soldes sur les vêtements, notamment, les prix ont légèrement diminué le mois passé en Suisse. L'indice suisse des prix à la consommation a affiché une baisse de 0,4% en juillet en variation mensuelle. Le recul illustre aussi les tarifs plus bas des voyages à forfaits et dans le transport aérien.

Sur le mois sous revue, l'indice s'est établi à 99,0 points (décembre 2010 = 100). Sur un an, le renchérissement est nul, contre -0,1% en juin 2013 et -0,7% en juillet 2012, a indiqué mercredi l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans un communiqué.

Les prix des produits du pays sont globalement demeurés inchangés sur un mois tandis que ceux importés ont diminué de 1,4%. En rythme annuel, les prix des produits indigènes ont progressé de 0,4% alors que ceux des produits importés accusaient une baisse de 1,2%, selon les calculs des statisticiens basés à Neuchâtel.

En juillet, l'indice du groupe principal habillement et chaussures a connu la plus forte contraction (-8,9%) sous l'effet des soldes d'été. Du côté des équipements ménagers et de l'entretien courant, les prix ont aussi fléchi, soit de 0,9% du fait de nombreuses ventes promotionnelles de meubles, d'articles d'équipement ainsi que de produits de lessive et de nettoyage.

Influence des ventes promotionnelles

En revanche, dans ce groupe, la vaisselle, les couverts et les appareils électroménagers de grandes dimensions ont retrouvé leurs prix initiaux après de nombreuses ventes promotionnelles en juin. Le groupe principal, loisir et culture a aussi enregistré un repli de 0,9%, principalement en lien avec des baisses de prix pour les voyages à forfait et le matériel informatique.

Dans le domaine principal des transports, l'indice a diminué de 0,4%, malgré des évolutions de prix contrastées. Ainsi, ceux des voitures neuves et d'occasion et des billets d'avion ont reculé, alors que l'essence et le diesel ont tous deux renchéri de 0,6%.

Dans le groupe alimentation et boissons non alcoolisées , la hausse ( 0,8%), est due en grande partie des variations de prix saisonnières des fruits et légumes et au renchérissement de la viande. A contrario, le café, les soupes en poudre et les épices et sauces se sont vendus moins cher.

Le fléchissement de 0,2% observé dans le groupe boissons alcoolisées et tabac illustre pour l'essentiel de nouvelles ventes promotionnelles de vins rouges étrangers. Une grande partie du vin blanc indigène a en revanche retrouvé des prix normaux après les promotions du mois précédent.

Mazout plus cher

L'indice du groupe logement et énergie a lui progressé de 0,2%, sous l'effet de la hausse des prix du mazout de 3,3%. La hausse de 1% enregistrée dans le secteur de l'alimentation et des boissons alcoolisées est pour sa part due à des variations de prix saisonnières et à la fin des promotions intervenues le mois passé.

Selon l'OFS, les prix des légumes fruits, légumes racines, des pâtes, des pommes de terre, des saucisses, des oignons des fromages à pâte dure et mi-dure ainsi que les biscuits ont renchéri en juillet. Par contre, les choux, les fruits à noyau, la volaille et la salade ont affiché des prix en baisse.

Ton opinion