Actualisé

SuisseLes migrants en fuite ne reçoivent que des miettes

De la somme récoltée dernièrement par la Chaîne du Bonheur, moins d'un dixième ira à l'aide directe aux exilés qui quittent leurs pays. Des organisations caritatives sont irritées.

par
cam
1 / 224
12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

AFP/Philippe Huguen
Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

AFP/Philippe Huguen
24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

AFP/Louisa Gouliamaki

Les images récentes et dramatiques de migrants tentant de rejoindre le continent européen ont touché de nombreuses personnes en Suisse. Ces dernières ont dès lors fait preuve d'une grande générosité, à l'appel de la Chaîne du Bonheur. Or, des 24 millions de francs de dons récoltés jusqu'à présent par la fondation humanitaire, celle-ci n'a investi qu'à peine 1 million dans des projets d'aide le long de la route des Balkans, a confirmé l'organisation à la «Schweiz am Sonntag».

Plus de 90% du montant total est destiné à des projets en cours en Syrie, en Irak et dans les pays environnants. Le directeur de la Chaîne du bonheur, Tony Burgener, a apparemment décidé de limiter les contributions à l'aide aux réfugiés sur la route des Balkans à 200 000 francs maximum par nouveau projet, afin d'assurer une aide rapide et non bureaucratique. Et ce malgré l'arrivée de l'hiver et des conditions qui ne cessent de se dégrader, alors que les frontières se ferment. Caritas, qui prévoyait d'allouer bientôt 2,3 millions à la Chaîne, monte au créneau. «Nous ne comprenons pas cette décision», s'étonne Odilo Noti, membre de la direction, ajoutant que le don de Caritas n'est dès lors plus assuré.

Face à ces critiques, Tony Burgener admet une erreur, tout en promettant de la flexibilité: «Nous avons toujours insisté sur le fait que l'argent récolté irait d'abord à des projets de fond, mais peut-être que la communication s'est trop focalisée sur la situation dans les Balkans.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!