Zurich - Militants du climat évacués par les forces de l’ordre sur la Paradeplatz
Publié

ZurichMilitants du climat évacués par les forces de l’ordre sur la Paradeplatz

Des manifestants ont occupé ce lundi le siège du Credit Suisse ainsi que la filiale d’UBS toute proche pour protester contre les investissements massifs des institutions financières suisses dans le pétrole, le gaz et le charbon.

De jeunes activistes de la lutte pour le climat ont brièvement bloqué lundi matin les entrées de bâtiments UBS et de Credit Suisse dans le centre du Zurich pour protester contre le financement des énergies fossiles. Ils ont annoncé vouloir faire une nouvelle manifestation, à l’Helvetiaplatz cette fois en début de soirée.

A l’appel d’organisations environnementales dont la Grève du climat et Extinction Rebellion, les militants qui se réunissent cette semaine pour un camp climatique à Zurich se sont assis par groupes de 30 à 40 personnes devant cinq entrées des deux plus grandes banques de Suisse. Vendredi, à la fin du camp, ils ont annoncé vouloir faire une manifestation devant la Banque nationale suisse (BNS) en mettant l'accent sur les investissements nuisibles au climat de la banque centrale.

«Les océans montent et nous aussi»

«Les océans montent et nous aussi», scandaient des militants installés dès 6h lundi matin devant le siège de Credit Suisse, répondant à un petit groupe assis dans un autre coin de la Paradeplatz, devant l’entrée de sa concurrente UBS, calés derrière des vélos placés sur le pas de la porte pour barrer l’accès.

Deux autres groupes bloquaient l’entrée annexe de Credit Suisse ainsi que les deux côtés d’une succursale d’UBS sur la principale artère commerçante de Zurich. «Nous sommes ici parce que la Suisse a une énorme responsabilité dans les émissions de CO2», a expliqué Alba, une étudiante zurichoise de 19 ans, mettant en cause les sommes investies «dans des projets nuisibles à l’environnement».

«Credit Suisse et UBS ont jusqu’à présent fait tout sauf réagir de manière adéquate à la crise climatique. C’est pourquoi le mouvement climatique occupe aujourd’hui le siège du Credit Suisse ainsi que la filiale avoisinante d’UBS pour attirer l’attention sur les conséquences de l’inaction des institutions financières suisses, a déclaré Frida Kohlmann, porte-parole média du mouvement dans un communiqué. Par notre action, nous exigeons des institutions financières suisses qu’elles adoptent un comportement socialement et climatiquement compatible et qu’elles mettent en œuvre nos demandes.»

Lettre à la place financière

La semaine passée, les organisations militant pour l’environnement ont adressé une lettre à la place financière suisse épinglant le «greenwashing» et appelant à cesser «immédiatement» les nouveaux investissements, prêts et services d’assurances aux énergies fossiles.

Elles visent notamment les banques, mais aussi les compagnies d’assurance, fonds de pension et gestionnaires d’actifs ainsi que la Banque centrale suisse, à la tête d’un vaste portefeuille de placements.

Vers 8h30, la police a commencé à évacuer les militants. Une trentaine de personnes ont été emmenées au poste de police pour clarification, ont indiqué les autorités dans un communiqué.

Les deux banques n’ont pas souhaité faire de commentaire, tout en réaffirmant leurs engagements climatiques. «La protection du climat est une grande priorité d’UBS», a indiqué une porte-parole du numéro un du secteur bancaire helvétique dans un courriel à l’AFP.

Credit Suisse a de son côté mis en avant son engagement à atteindre les objectifs de l’accord de Paris, soulignant que la banque entend entre autres fournir «au moins 300 milliards de francs suisses» (278 milliards d’euros) de financements durables au cours des «dix prochaines années» pour les projets de ses clients dans leur transition vers des modèles d’affaires à faible intensité carbone.

Camp climatique

A l’appel d’organisations environnementales, les jeunes militants se réunissent à Zurich jusqu’au 6 août pour un camp climatique sur une friche dans un ancien quartier industriel. La semaine doit s’achever par une manifestation vendredi à Berne devant le Palais fédéral et et la Banque nationale suisse, soutenue par les Verts et le Parti socialiste .

1 / 7
La police a commencé à évacuer les manifestants dès 8h30

La police a commencé à évacuer les manifestants dès 8h30

DR
La police a commencé à encercler une trentaine de manifestants.

La police a commencé à encercler une trentaine de manifestants.

DR
La banque UBS est également visée.

La banque UBS est également visée.

DR
(afp/jbm/gma)

Ton opinion

11 commentaires