Actualisé 27.01.2011 à 15:06

JO d'hiver en Suisse - Rogge«Les montagnes seules ne suffisent pas»

Les Jeux olympiques d'hiver ne sauraient se tenir uniquement «dans un village de montagne», il faut pouvoir s'appuyer aussi sur un centre de plus grande taille, prévient le président du CIO.

Jacques Rogge, président du CIO, estime que de nombreuses options sont envisageables pour des J.O d'hiver en Suisse.

Jacques Rogge, président du CIO, estime que de nombreuses options sont envisageables pour des J.O d'hiver en Suisse.

Dans une interview à la «NZZ», Jacques Rogge estime que la Suisse a de bons atouts pour une candidature, pour autant que le peuple adhère pleinement au projet.

«Il existe de nombreuses options envisageables pour des Jeux en Suisse», explique le dirigeant belge. «Il peut y avoir un 'hub' à Berne, quelque chose autour de Zurich, St-Moritz ou Davos. Des Jeux à l'image de ceux de Lillehammer en 1994 sont possibles.»

M. Rogge précise cependant que les Jeux «ne peuvent pas se dérouler uniquement en montagne (...). Il faut des stades pouvant contenir 10'000 personnes pour les sports de glace. Quatre sites différents sont donc nécessaires: une ville pour les épreuves sur glace, une localité vers 1600 ou 1700 m pour les disciplines alpines, un site à 1200 m maximum pour le ski nordique et le biathlon et un autre pour le bobsleigh et la luge.»

Le président du CIO ajoute que la Suisse «a tout ce qu'il faut pour faire aboutir une candidature si les sites proposés ne sont pas trop éloignés les uns des autres et que le soutien de peuple est acquis». Il dit aussi toutefois que ce n'est pas parce que Sion a échoué à trois reprises que la Suisse doit maintenant automatiquement partir de l'idée qu'elle serait gagnante la prochaine fois.

Swiss Olympic de son côté incite à la collaboration entre régions intéressées, notamment pour assurer l'hébergement, a précisé son chef de presse Christof Kaufmann. L'organisation faîtière va maintenant prendre la conduite des opérations, de concert avec la Confédération, dans l'idée de présenter une «candidature suisse».

Cinq régions ont manifesté leur intérêt, pour 2022 voire plus tard: Genève, Davos-St-Moritz, le Valais, la Suisse centrale et Berne. Elles ont jusqu'à fin mars pour étudier le cahier des charges et décider de déposer ou non leur dossier. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!