Présidentielle US: Les motifs de plaintes électorales se multiplient

Actualisé

Présidentielle USLes motifs de plaintes électorales se multiplient

Le vote des électeurs américains n'avait pas lieu sans accrocs mardi lors du scrutin présidentiel.

Les plaintes se multipliaient et concernaient des procédures ou des files d'attente interminables entachant le scrutin de la Pennsylvanie à la Floride. En Pennsylvanie, où Barack Obama devrait l'emporter et où Mitt Romney s'est rendu ces derniers jours dans une ultime tentative de séduction des électeurs, la confusion régnait.

«Les employés des bureaux de vote ont été peu et mal formés», dénonce Barbara Arnwine, directrice du Comité des avocats pour les droits civils, expliquant que ceux-ci renvoient les électeurs chez eux lorsqu'ils ne présentent pas de pièce d'identité. «L'Etat de Pennsylvanie devrait avoir honte».

Un juge de Pennsylvanie avait bloqué le mois dernier une loi obligeant les électeurs à donner une pièce d'identité avec photographie, loi soutenue par les républicains et qui a été instaurée dans différents Etats depuis 2011.

Ohio à la Floride

Les républicains ont eux également leurs motifs de mécontentement dans cet Etat du nord-est des Etats-Unis, 75 de leurs responsables électoraux n'ayant pu avoir accès, affirment-ils, à des bureaux de vote à Philadelphie.

D'interminables files d'attente, notamment en Floride, en Virginie et dans l'Ohio, trois «Swing States» ou «Etats bascules», ont également entraîné des plaintes. Dans la région de Miami, l'attente allait de 15 minutes à trois heures pour glisser dans l'urne un très long bulletin de vote. Il pouvait atteindre douze pages.

Appels évoqués

Dans l'Ohio, où les bulletins provisoires pourraient peser dans la balance, ils ne pourront être comptabilisés avant dix jours.

De nombreux électeurs de Floride ont par ailleurs reçu des appels téléphoniques leur assurant qu'ils avaient jusqu'à «demain» (mercredi) pour voter. De nombreux problèmes techniques ont également compliqué le vote des habitants du New Jersey, une semaine après le passage de l'ouragan Sandy. (ats)

Ton opinion