Actualisé 04.07.2011 à 22:55

BâleLes musulmans pourraient faire hospice séparé

Bâle-Ville songe à se doter d'EMS destinés aux aînés d'origine étrangère. Impensable en Suisse romande.

de
Olivia Fuchs
Les EMS seront-ils bientôt distincts?

Les EMS seront-ils bientôt distincts?

«L'échange interculturel ne peut fonctionner si celui-ci commence seulement dans les EMS.» Chef des services de santé de Bâle-Ville, Philippe Waibel est chargé d'anticiper le changement démographique en marche à Bâle-Ville. Et ses solutions sont peu conventionnelles. En particulier, le nombre toujours grandissant de migrants nécessitant des soins. Ceux-ci incitent son département à réfléchir à des modèles de prise en charge spécialement conçus pour les musulmans. D'après les calculs des autorités, le changement se fera véritablement remarquer dans 15 ans, rapporte la «Basler Zeitung»: environ 400 places en EMS seront nécessaires à cette population.

Centres séparés

C'est surtout au niveau de la nourriture, de la langue ou encore de la pudeur que les différences se font le plus sentir. Selon Felix Bader, chef des soins à long terme au Département bâlois de la santé, les solutions vont des systèmes de colocation jusqu'à la création de centres d'habitation pour migrants musulmans.

Réticences en Suisse romande

Médecin associé à la Policlinique médicale universitaire du CHUV, Patrick Bodenmann n'est guère enthousiasmé par le projet bâlois. «Il faut éviter toute sorte de séparation en privilégiant la formation du personnel, afin d'assurer la même qualité de soins pour tous les patients.» Allant dans le même sens, Sophie Durieux-Paillard, des Hôpitaux universitaires de Genève, précise que «le respect des cultures est primordial et qu'il faut éviter à tout prix une forme de communautarisme».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!