Espagne: Les nationalistes basques vont manifester
Actualisé

EspagneLes nationalistes basques vont manifester

Les indépendantistes basques et les nationalistes du PNV ont appelé à manifester samedi à Bilbao, après l'interdiction d'une mobilisation en soutien aux prisonniers de l'ETA.

Le gouvernement espagnol reste inflexible dans son refus de toute concession au groupe armé. Le président du PNV, la principale formation régionale, Andoni Ortuzar, a appelé à «participer à la manifestation silencieuse qui aura lieu samedi à Bilbao sur le thème 'Droits de l'homme, accord, paix'», lors d'une conférence de presse avec le président du parti de gauche indépendantiste Sortu, Hasier Arraiz.

Cet appel fait suite à l'interdiction de la journée prévue samedi à Bilbao, en soutien aux prisonniers de l'ETA, par le juge du tribunal de l'Audience nationale de Madrid Eloy Velasco. Celui-ci a estimé que le groupe de soutien aux prisonniers Herrira, démantelé après un coup de filet le 30 septembre et dont la justice a suspendu pour deux ans les activités, se trouvait derrière les organisateurs.

A l'origine de cette journée, un appel à «une mobilisation sans précédent dans l'histoire du Pays Basque» afin de réclamer «le rapatriement des prisonniers et prisonnières basques». Une revendication portée à la fois par les partis de la gauche, les indépendantiste basque et le groupe séparatiste ETA.

Tous réclament la «fin de la dispersion» pour des centaines de militants de l'ETA - 520 selon le réseau de soutien aux prisonniers Etxerat - détenus dans des dizaines de prisons espagnoles et françaises, une politique pratiquée depuis 25 ans. Or Madrid refuse d'assouplir sa politique pénitentiaire. Les détenus ont été rendus responsables de la mort de 829 personnes en 40 ans de violences.

Dans ce contexte très sensible, un coup de filet mené mercredi au Pays Basque et en Navarre, dans les rangs du groupe de soutien aux prisonniers KT, a suscité des réactions indignées dans la région. Huit personnes ont été arrêtées, dont l'avocate Arantza Zulueta, l'une des grandes figures de la défense de l'ETA. Elles restaient en garde à vue vendredi avant d'être présentées à un juge. (ats)

Ton opinion