Actualisé 02.04.2013 à 09:18

MémoiresLes «nègres» ont bien du boulot

Des personnes ordinaires ont recours à un écrivain pour faire leur biographie. Cela serait le symptôme d'un monde en mal d'identité

de
Aurore Boullé
Après les biographies de célébrités (ici Steve Jobs), celles des gens ordinaires deviennent à la mode.

Après les biographies de célébrités (ici Steve Jobs), celles des gens ordinaires deviennent à la mode.

«Kate Middleton, reine du XXIe siècle». Le livre retraçant l'existence de la princesse est sorti hier. C'est l'événement littéraire de la semaine. Les récits biographiques de ce type sont monnaie courante chez les stars. Pourtant, nul besoin d'en être une pour publier ses Mémoires. Toujours plus d'anonymes se racontent avec la complicité d'un «nègre pour inconnus».

Une centaine de nos concitoyens commandent leur biographie chaque année. Depuis 1996, le journaliste Guillaume Moingeon s'adonne à cette ­activité. Chez les professionnels, les prix s'échelonnent de 1000 à 3000 fr. pour une vingtaine d'exemplaires, en fonction du nombre de pages et de la durée des entretiens.

Dans une société narcissique, où l'individualisme domine, la transmission intergénérationnelle se perd. Cette pratique prend alors tout son sens. D'après Eric Nussle, vice-président de l'Académie des écrivains publics de Suisse, la demande est liée à la perte des repères. «Aujourd'hui, tout est basé sur le court terme, dit-il.

A la recherche de leur passé

Les gens cherchent leurs racines.» Un avis que partage Guillaume Moingeon: «L'échange des valeurs se faisait autrefois autour de grands repas ou de la cheminée. Mais les modes de vie ont changé, le livre peut prendre le relais. Il est précieux pour les descendants. Ce sont les jeunes qui poussent les aînés à se livrer.»

Et de citer en exemple ses clients, Renée et Henri, un couple de retraités français qui a eu recours à sa plume, histoire de satisfaire la curio­sité de ses petits-enfants.

Attention toutefois à ne pas faire d'amalgame. Les biographes ne sont pas des psychologues. Ils veillent donc à ce que leurs entretiens ne se transforment pas en séance sur le divan. Si un client franchit les limites ou si l'auteur ressent chez lui une profonde blessure, il sera renvoyé vers un spécialiste.

Des best-sellers chez les libraires

La biographie est le genre lit­téraire le plus vendu après le roman, selon de nombreuses études de marché. La vie des people attire les lecteurs, qui s'identifient et vivent à travers eux leur besoin de contes de fées réels. La demande en matière de récits de vie extraordinaires augmente. La tendance s'exporte aussi au cinéma. Les biopics inondent la production internationale. L'adaptation de la trajectoire de Steve Jobs sortira en avril. Et deux films sur la vie d'Yves Saint Laurent sont en tournage.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!