Les Neuchâtelois gagnent moins que les autres suisses

Actualisé

Les Neuchâtelois gagnent moins que les autres suisses

Les salaires du secteur privé dans le canton de Neuchâtel sont inférieurs à la moyenne suisse, malgré une nette progression depuis deux ans.

Cette observation est tirée du volet neuchâtelois de l'enquête de l'Office fédéral de la statistique (OFS) sur les salaires en Suisse.

Le Conseil d'Etat a présenté , lors d'une conférence de presse, les résultats pour 2004 dans le canton de Neuchâtel de l'analyse menée tous les deux ans par l'OFS. Avec celui de Neuchâtel, les cantons de Fribourg, Vaud et Genève ont demandé à l'OFS une enquête plus détaillée sur leur région.

Selon le conseiller d'Etat Bernard Soguel, un salarié sur deux du secteur privé dans le canton de Neuchâtel a touché une rémunération brute supérieure à 5300 francs. Le salaire médian en 2004 restait cependant inférieur de 4 % à la moyenne suisse, qui se situe à 5500 francs.

Entre 2002 et 2004, le salaire médian a progressé de 4,7 % dans le canton de Neuchâtel, contre 2,2 % en moyenne suisse. Il a augmenté de presque 5 % dans le secteur secondaire et de 4,2 % dans le secteur tertiaire. Il est supérieur de 4,9 % à la moyenne suisse dans la fabrication de produits minéraux non métalliques.

Secteurs spécifiques

Les salaires neuchâtelois dépassent aussi la moyenne suisse dans le domaine de la fabrication de machines (2,0 %) et dans les activités de recherche et développement (1,3 %). Ils sont inférieurs à la moyenne en revanche dans tous les autres secteurs d'activités.

En comparaison intercantonale, le salaire brut médian neuchâtelois est supérieur de 4 % à celui du canton de Fribourg, et légèrement inférieur - de 1 % - à celui du canton de Vaud. Il est en revanche nettement inférieur aux salaires moyens zurichois (- 12 %) et genevois (- 14 %).

1400 entreprises

L'enquête neuchâteloise a été réalisée auprès de 1400 entreprises représentant plus de 27 000 salariés. Les rémunérations sont proches de la moyenne suisse en ce qui concerne les emplois peu qualifiés. La différence la plus marquée concerne les postes de cadres, a précisé Bernard Soguel.

Selon lui, les résultats publiés par l'OFS ne permettent pas de tirer des conclusions au niveau du pouvoir d'achat. A Genève, par exemple, la différence de rémunération par rapport à Neuchâtel est pour le moins entièrement absorbée par le niveau supérieur des loyers.

Libre circulation

L'enquête neuchâteloise va permettre au gouvernement d'affiner son analyse d'impact de la libre circulation des personnes sur le niveau des salaires. Des pressions s'exercent à ce niveau-là dans les cantons de Genève et Neuchâtel, a déclaré Bernard Soguel. Le gouvernement fournira des précisions à ce sujet en novembre.

L'enquête de l'OFS met en exergue également les différences de rémunérations entre hommes et femmes. A qualifications égales, un homme touche en moyenne un salaire supérieur de 20 % à celui d'une femme dans le canton de Neuchâtel. Une femme sur deux gagne moins de 4000 francs bruts par mois en équivalent plein temps (EPT).

Cette proportion s'élève à 17 % chez les hommes. Selon Bernard Soguel, ce résultat va inciter le gouvernement à développer les structures d'accueil de l'enfance et de la petite enfance afin de favoriser la réalisation de plans de carrière chez les femmes. Un projet est en cours d'élaboration à ce sujet. (ats)

Ton opinion