Imposition: Les Neuchâtelois toujours les plus taxés en Suisse

Actualisé

ImpositionLes Neuchâtelois toujours les plus taxés en Suisse

Les habitants de la ville de Neuchâtel paient le plus d'impôts sur le revenu et la fortune, et ce quel que soit leur état civil.

Les habitants de Neuchâtel paient le plus d'impôts sur le revenu et la fortune, et ce quel que soit leur état civil.

Les citoyens de la ville de Zoug sont au contraire les moins mis à contribution, confirme un classement de la charge fiscale 2012 des chefs-lieux des cantons.

Publiée mercredi, la brochure annuelle de l'Administration fédérale des contributions confirme la hiérarchie de la charge fiscale due aux impôts cantonaux, communaux et paroissiaux. Les rentiers vivant seuls paient le plus lourd tribut.

Pour un revenu brut de 100'000 francs, ceux de Neuchâtel doivent débourser 22'694 francs alors que la contribution se limite à 8'517 francs pour les rentiers seuls vivant à Zoug. Le classement est inchangé pour les célibataires. Les Neuchâtelois doivent remettre 18'578 francs au fisc et leurs homologues zougois moins de 6'000 francs.

Les célibataires des autres capitales romandes doivent également se délester de plus de 14'000 francs. Le mariage adoucit la note. Même sans enfant, un époux ne s'acquitte pas de plus de 13'437 francs d'impôts (toujours à Neuchâtel) et peut se contenter de moins de 3000 francs à Zoug.

L'éventail se décale entre 10'000 francs et moins de 1'700 francs si la personne mariée a deux enfants. Une personne vivant seule avec deux bambins voit la charge fiscale se réduire à une somme comprise entre 8'507 francs à Neuchâtel et 1'590 francs à Zoug.

Différent pour les entreprises

Le classement change du côté des entreprises. Une société anonyme disposant d'un capital et de réserves de 2 millions de francs qui réalise un bénéfice net de 80'000 francs sera la plus lourdement taxée à Délémont (18'003 francs d'impôt sur le bénéfice net et le capital). A Stans, la charge est limitée à 4'382 francs.

Le chef-lieu de Nidwald est aussi très avantageux lorsque les bénéfices sont plus importants. Il n'est détrôné de justesse par Lucerne que lorsque le bénéfice atteint 600'000 francs ou 1 million. Les entreprises lucernoises doivent dans ce dernier cas se délester de 49'495 francs.

Très peu comparé aux 178'617 francs encourus alors par une entreprise à Genève (taxe professionnelle fixe non comprise). La ville se trouve en queue de classement à partir de 600'000 francs de bénéfices nets. Mais Lausanne détient la fiscalité la plus lourde pour 400'000 francs de gains (67'901 francs d'impôts).

Holdings à Neuchâtel

Alors que la charge fiscale est relativement élevée dans les capitales romandes, Neuchâtel se situe en milieu de peloton pour les sociétés anonymes. La ville est en revanche très attractive pour les holdings. Toujours pour un capital et des réserves de 2 millions, l'impôt sur le capital se limite à 20 francs pour un bénéfice net de 160'000 francs alors qu'il s'inscrit à 3'503 francs à Lausanne.

Seuls Genève avec 1'337 francs et Bâle avec 1000 francs franchissent la barre du millier de francs en impôts cantonaux et communaux. La charge avoisine les 630 francs à Fribourg et Delémont et s'élève à 400 francs pour les holdings sédunoises.

La publication «Charge fiscale en Suisse: chefs-lieux des cantons- Chiffres cantonaux 2012» peut être commandée à l'Office fédéral de la statistique (bfs.admin.ch) ou téléchargée sur le site de l'Administration fédérale des contributions (www.estv.admin.ch). (ats)

Ton opinion