«Les nouveaux horaires nous tueront à petit feu»
Actualisé

«Les nouveaux horaires nous tueront à petit feu»

Les patrons des petits commerces du Jura se disent menacés par les nouvelles heures de fermeture, introduites depuis une semaine.

«Si nous respectons la loi, nous mourrons», affirme d'emblée une gérante. Depuis le 1er août, les magasins du canton baissent le rideau à 18 h 30 en semaine et à 17 h le samedi, selon la nouvelle loi sur les activités économiques. «Mais si un client arrive plus tard, nous le servons. On doit gagner notre vie», poursuit la patronne.

Les commerces de proximité s'inquiètent aujourd'hui de la concurrence des grandes surfaces des et stationsservice, qu'ils jugent déloyale. «La station Shell de Porrentruy ouvre chaque soir jusqu'à 22 h 30, on ne peut pas rivaliser», proteste Marie-Paul, propriétaire du Petit-Casino, en ville.

Selon la législation actuelle, seul le personnel familial peut être employé durant les week-ends. «Si l'on avait su cela plus tôt, on aurait fait dix gosses!» ironise un tenancier, lequel refuse tous les jours «des étudiantes qui veulent travailler le week-end pour payer leurs études».

A l'heure où la tendance générale est aux ouvertures prolongées, les commerces de proximité jurassiens déplorent «un retour en arrière et des conditions d'ouverture inadaptées aux heures de travail de la clientèle.»

Un avis que ne partage pas l' hygiéniste cantonal du travail. Pour Jean Tarrat en effet «tout va très bien». Une motion qui prévoit la fermeture une heure plus tard en semaine est néanmoins étudiée par une commission parlementaire.

Julien Caloz

Ton opinion