Suisse - Les nouveaux mouvements citoyens profitent à l’UDC
Publié

SuisseLes nouveaux mouvements citoyens profitent à l’UDC

Peinant à trouver ses marques, le parti remonte pourtant en profitant notamment de l’émergence de mouvements civiques critiques à l’égard de l’État, nés de la pandémie.

Au début de juillet 2021, les opposants au pass sanitaire, dont l’association Amis de la Constitution, ont déposé les paraphes nécessaires à la tenue d’un vote populaire (image d’archives).

Au début de juillet 2021, les opposants au pass sanitaire, dont l’association Amis de la Constitution, ont déposé les paraphes nécessaires à la tenue d’un vote populaire (image d’archives).

20min/Matthias Spicher

Les mouvements de citoyens nés récemment, tels les Amis de la Constitution ou Aktionsbündnis der Urkantone (Alliance d’action des cantons d’origine) ou encore Netzwerk Impfentscheid (Réseau décision de vaccination), font régulièrement la Une des médias. Ils constituent l’un des phénomènes politiques les plus discutés actuellement, constate le «SonntagsBlick». Un phénomène qui intéresse particulièrement l’UDC. Comme le dit le conseiller national zurichois Gregor Rutz, «du point de vue du parti, il faut saluer que les citoyens se politisent - tout comme nous».

Donner un nouvel élan

Plusieurs membres du parti espèrent ainsi que ces mouvements citoyens puissent donner un nouvel élan à leurs propres préoccupations, note le journal dominical. Qui ajoute que l’UDC en aurait bien besoin: mis à part le vote réussi de la loi sur le CO2 - et même, ce succès n'a été obtenu qu'avec l'aide bienveillante des agriculteurs - le plus grand parti du pays est resté silencieux ces derniers temps. Compte tenu de la faible immigration et de la fin des négociations avec l'UE, ni la question des étrangers ni l'Europe ne semblaient être des sujets appropriés pour mobiliser son propre électorat, peut-on ainsi lire dans le «SonntagsBlick».

Gregor Rutz évoque d’ailleurs un «élan intéressant» créé par les mouvements citoyens. «Cela peut aider l'UDC à mieux situer ses préoccupations», estime-t-il. Et de citer en exemple le référendum contre la loi Covid que le Zurichois soutiendra très vraisemblablement, selon le journal dominical, en prenant ainsi le train en marche.

Méfiance commune à l’égard des médias

Parmi les autres points communs entre UDC et ces nouveaux mouvements citoyens, le journal zurichois cite encore, entre autres, la méfiance à l'égard des médias de masse. En parallèle à ces nouveaux groupes, le plus grand parti du pays fait actuellement campagne contre la loi sur les subventions aux médias, qui prévoit une augmentation des aides aux journaux et aux magazines.

Le président des jeunes UDC critiqué par les siens

Comme le rapporte le «SonntagsBlick» ce dimanche, David Trachsel, président des Jeunes UDC Suisse depuis février 2020, est critiqué en coulisses par son propre parti, notamment pour avoir manifesté de la compréhension pour les manifestations violentes contre les mesures sanitaires à Saint-Gall par voie de communiqué de presse.

Pas de compréhension pour les «bons» émeutiers

Pas moins de dix présidents de sections cantonales lui reprochent ainsi des déclarations inappropriées portant atteinte au parti. De leur avis, il est «inacceptable» que David Trachsel soit prêt à se montrer compréhensif envers des actes de violence lorsqu’ils sont commis par de «bons» fauteurs de troubles, comme ils l’écrivent dans un courrier signé, cité par le journal zurichois. Pour les auteurs, «le comportement des Jeunes UDC est un affront fait aux différentes sections et aux membres».

Des critiques que David Trachsel a refusé de commenter dans les pages du «SonntagsBlick». Il s’est contenté de déclarer que les divergences internes éventuelles sont saines et qu’elles seront discutées et réglées de manière démocratique, mais en dehors des médias.

(ewe)

Ton opinion

210 commentaires