Actualisé

Enseignement des languesLes nouveaux plans d'étude trop ambitieux

L'enseignement des langues étrangères, et notamment nationales, suscite de plus en plus de critiques, tant en Suisse romande qu'alémanique.

L'introduction de nouveaux plans d'étude, dont le «Lehrplan 21» prévu dès 2014 dans les cantons alémaniques, cristallise le mécontentement. Les enseignants réclament davantage de moyens et une stratégie «réaliste».

Les 19 cantons alémaniques consultés - auxquels s'ajoutent le Valais et Fribourg, bilingues - jugent le projet «Lehrplan 21» à la fois surchargé et trop détaillé. De nombreux cantons trouvent les exigences fixées trop élevées, explique Christian Amsler, président de la Conférence des directeurs cantonaux alémaniques de l'instruction publique.

De plus, le nouveau plan d'étude maintient l'obligation d'enseigner deux langues à l'école primaire. Une surcharge pour les élèves qui ont de la difficulté à apprendre, critique la fédération des enseignants alémaniques LCH dans sa réponse à la procédure de consultation.

Enseignement du français menacé

En remettant en cause cette obligation, ils menacent implicitement l'enseignement du français au cycle primaire, qui serait renvoyé en 7e. Cette option est d'ailleurs soutenue par les cantons de Zurich, Thurgovie, St-Gall, Glaris, Appenzell Rhodes-Extérieures et Schwyz dans le cadre de la consultation.

La langue de Molière est actuellement la seconde langue étrangère enseignée (dès la 5e) après l'anglais (dès la 3e) dans la plupart des cantons alémaniques, sauf dans les cantons limitrophes de la Suisse romande, où l'ordre est inverse.

La prise de position des enseignants alémaniques a fait réagir leurs collègues romands. Dans une résolution adoptée fin novembre, ils ont appelé les cantons alémaniques à ne pas délaisser le français au profit de l'anglais.

En Suisse romande, l'enseignement des langues fait également des vagues. Le Plan d'étude romand (PER) a été lancé en 2011. Les derniers cantons l'ont introduit à la rentrée 2013, à l'exception de Fribourg, qui le démarrera partiellement en 2014. Le PER prévoit l'introduction de l'allemand dès la 3e primaire et de l'anglais dès la 7e.

Plan d'étude irréaliste

Un programme trop ambitieux et pas réaliste dans les conditions actuelles, avait critiqué le Syndicat des enseignants romands (SER). En juin dernier, la fédération des enseignants alémaniques avait elle exigé un réexamen immédiat de l'enseignement des langues étrangères, et notamment de la seconde langue nationale, qui doit se faire sous le signe des rencontres et des échanges culturels.

Les professeurs, romands et alémaniques, réclament notamment davantage de moyens et de temps afin de répondre aux exigences actuelles de l'enseignement des langues étrangères. Le SER a appelé les autorités, les écoles et le monde scientifique à une table ronde pour développer une stratégie réaliste en matière d'enseignement des langues étrangères.

Concernant le plan d'étude alémanique «Lehrplan 21», le projet pourrait être lancé en automne 2014 s'il ne doit pas être trop retravaillé. Les cantons décideront alors de la date de son entrée en vigueur. Plusieurs d'entre eux n'envisagent pas son introduction avant l'année scolaire 2017/2018. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!