Actualisé 07.04.2020 à 17:15

Coronavirus en France«Les nouvelles blouses qui se déchirent, c'est normal»

Deux vidéos montrant des infirmières d'un hôpital marseillais essayer du nouveau matériel de protection défectueux ont provoqué un tollé.

von
joc

Deux vidéos publiées dimanche sur les réseaux sociaux provoquent des remous à Marseille. Les images montrent des infirmières de l'Hôpital de la Timone essayer les blouses de protection qu'elles viennent de recevoir. On constate rapidement que ce matériel indispensable à la protection du personnel soignant ne vaut pas un clou. Partagées massivement, ces vidéos ont créé un «séisme» au sein de l'établissement, si l'on en croit le témoignage d'un représentant syndical. «Les personnels sont à cran, angoissés et en colère. Ils n'ont pas les moyens de travailler correctement, que ce soit au niveau du nombre de respirateurs ou de la qualité des matériels», confie au «Parisien» Yves Castino.

La première vidéo montre plusieurs blouses entassées sur le sol, en lambeaux. «Bon ben voilà, les nouvelles blouses qui se déchirent, c'est normal», commente, dépitée, une infirmière. Dans la foulée, une de ses collègues en fait la démonstration en essayant d'enfiler une blouse tout juste sortie de son emballage: elle tombe en charpie. «Il faut ouvrir d'autres cartons, les filles!» lance une voix féminine au loin. «Ils en ont ouvert trois», répond la soignante, une blouse déchiquetée sur le dos: «Allez, je vais faire les prélèvements de Covid», lance-t-elle sarcastiquement.

«La direction leur met la pression»

Sur une autre vidéo publiée plus tard dans la journée par un autre compte Twitter, une infirmière enfile une de ces blouses et les manches se déchirent. «Attention, on a reçu les nouvelles blouses, les Américains ils n'en ont pas voulu sur le tarmac. Je la prends délicatement, on ne sait jamais ce qui va se passer, et hop coucou j'ai ma main qui est passée à travers», commente-t-elle avec ironie. «Cette soignante est convoquée par sa direction demain (ndlr: lundi) après-midi parce qu'elle a montré cette réalité des nouvelles blouses», peut-on lire en légende de cette vidéo. Une information confirmée par le syndicat CGT: l'infirmière doit être entendue par la direction ce mercredi. «Les infirmières ont fait la vidéo et depuis, la direction leur met la pression si elles parlent publiquement», dénonce Yves Castino.

Dans un pays où le personnel soignant ne cesse d'être confronté au manque de matériel de protection face au coronavirus, ces vidéos ont provoqué un tollé. Assaillie de critiques, l'Assistance publique – Hôpitaux de Marseille (AP-HM) a réagi via un communiqué, écrit BFM TV. «Ces blouses n'ont pas été utilisées, puisque identifiées comme défectueuses dès l'ouverture des emballages et ont été remplacées par des produits sans aucun défaut», assure-t-elle.

Enquête interne a été ouverte

L'AP-HM explique par ailleurs que «les très grandes quantités consommées et donc distribuées chaque jour font que des lots, à très petite échelle et exceptionnellement, peuvent être défectueux.» Une enquête interne a été ouverte. L'Assistance précise encore que la personne qui a publié une de ces vidéos n'est pas une infirmière, mais quelqu'un d'extérieur à l'hôpital. «Selon les premiers éléments, l'infirmière au centre de cette vidéo n'a pas donné l'autorisation à une personne extérieure qu'elle soit rendue publique sur les réseaux sociaux», peut-on lire dans le communiqué. Les deux infirmières apparaissant dans les vidéos n'ont pas souhaité s'exprimer: elles souhaitent «laisser retomber un peu la pression».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!