Actualisé 10.01.2012 à 16:27

«Sleeping Beauty»Les nuits de Lucy font jaser

«Sleeping Beauty» n'a rien du conte de fée suggéré par son titre. Il est réservé à un public averti.

de
Fred Ferrari

Les nuits de Lucy (Emily Browning) sont-elles plus belles que vos jours? Pas sûr...

Pour gagner l'argent de ses études, Lucy accepte d'étranges boulots: servir du vin en lingerie fine lors des soupers particuliers; ou avaler une drogue qui la laisse inconsciente le temps que des clients disposent de son corps (mais sans pénétration) sans qu'elle en garde de souvenir.

Interdit aux moins de 16 ans

Si «Sleeping Beauty», film par ailleurs assez maniéré, fait parler de lui, c'est que son distributeur français s'est offusqué de la décision de la commission de classification qui l'a interdit aux moins de 16 ans à cause de son «atmosphère délétère, qui banalise la prostitution». Décision confirmée par le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand. Projeté à Cannes où il n'a guère suscité d'émoi, le film n'est pas plus choquant que «Shame» ou «Michael», autrement plus explicites et pourtant réservés aux plus de 12 ans en France.

Position de la commission du cinéma

En Suisse, «Sleeping beauty» (comme «Shame» et «Michael») est interdit au moins de 16 ans. Et déconseillé aux moins de 18, car «pour la beauté endormie, se prostituer est un boulot comme un autre. Une réflexion sur une face sombre de l'être humain pour un public averti», dixit la commission du cinéma sur son site (www.filmages.ch)

«Sleeping Beauty»

De Julia Leigh. Avec Emily Browning, Rachael Blake.

Sortie le 11 janvier 2012.

**

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!