Actualisé

Votations 27 novembreLes objets soumis au vote en Suisse allemande

Mariage, Lehrplan 21, taxes, impôt sur les successions ou élections: de nombreux cantons se rendaient aux urnes ce dimanche. Tous les résultats.

De nombreux citoyens se rendaient aux urnes ce week-end

De nombreux citoyens se rendaient aux urnes ce week-end

Keystone

De nombreux cantons se rendaient aux urnes en Suisse allemande ce dimanche 27 novembre. Mariage, Lehrplan 21, hôpitaux taxes, impôt sur les successions ou encore élections figuraient au menu. Tous les résultats sont ici.

Zurich dit non à l'UDC sur les mariages pour tous

Les Zurichois ne veulent pas empêcher le mariage des couples de même sexe. Ils ont balayé dimanche une initiative de l'UDF demandant que cette institution soit définie dans la Constitution comme une communauté de vie entre un homme et une femme. Les citoyens ont très nettement rejeté l'initiative populaire «Protection du mariage», à une majorité de 80,91%. Deux arrondissements de la ville de Zurich ont rejeté le texte à 92%. Il s'agit des résultats les plus écrasants. Seule l'UDC soutenait le texte du petit parti de droite évangéliste. Le refus des Zurichois n'a rien d'une surprise. En 2002, ils avaient fait oeuvre de pionniers en approuvant un partenariat enregistré pour couples homosexuels sur le plan cantonal, trois ans avant que le peuple suisse dans son ensemble n'en fasse de même. Le canton urbain a aussi rejeté en février dernier l'initiative du PDC sur l'imposition des couples mariés, qui définissait le mariage comme une union entre un homme et une femme.

Pas de moratoire sur les hôpitaux à Berne

Le canton de Berne pourra continuer de restructurer ou fermer des hôpitaux publics. Les citoyens ont rejeté à 66% des votants l'initiative de l'UDC sur les sites hospitaliers qui demandait le maintien d'établissements sur tout du territoire pendant huit ans au moins. Le peuple a donc estimé que l'accès aux soins était aujourd'hui garanti dans toutes les régions du canton et que les autorités faisaient déjà le nécessaire pour assurer la sécurité sanitaire. Le texte prévoyait le maintien d'hôpitaux sur six sites principaux dont Berne et Bienne, mais aussi sur huit sites régionaux comme Moutier et Saint-Imier. Les hôpitaux régionaux auraient dû assurer la couverture des besoins en soins de base. Ils auraient dû fournir notamment des prestations de chirurgie et de gynécologie. La maternité de Riggisberg, fermée en 2013, et celle de Zweisimmen, fermée en 2015, auraient dû rouvrir.

Ville de Berne: Von Graffenried en tête

Celui ou celle qui succédera au maire sortant, Alexander Tschäppät (PS), de la Ville de Berne n'est pas encore connu. Lors du premier tour, personne n'a atteint la majorité absolue. Alec von Graffenried (Verts Liste Libre) est pour l'instant en tête avec 13'846 voix. Suivent l'actuelle directrice des travaux publics de la Ville Ursula Wyss (PS) avec 12'368 voix, Franziska Teuscher (Alliance verte) avec 6916 voix, Reto Nause (PDC) avec 3282 voix, Alexandre Schmidt (PLR) avec 2840 voix et Erich Hess (UDC) avec 1421 voix, indique dimanche soir la chancellerie municipale dans un communiqué. Le second tour est prévu le 15 janvier. Théoriquement, les cinq personnes qui sont élues dimanche soir au Conseil municipal pourront y participer. Les résultats des élections à l'exécutif devraient être annoncés en fin de soirée.

Bâle-Ville: la gauche domine toujours au gouvernement

Le gouvernement de Bâle-Ville reste dominé par la gauche. Au 2e tour de l'élection au Conseil d'Etat, le sortant Hans-Peter Wessels (PS) est réélu, selon le vote par correspondance, soit environ 95% des voix. La réélection de Baschi Dürr (PLR) est elle quasi assurée. Deux sièges sur sept restaient à repourvoir dimanche au gouvernement lors de ce second tour. La droite a donc échoué dans sa tentative de renverser la majorité de gauche, perdue il y a 12 ans, en présentant ses quatre candidats sur un ticket commun. L'UDC y figurait pour la première fois. Le Conseil d'Etat reste composé de la manière suivante: trois socialistes (Eva Herzog, Christoph Brutschin et Hans-Peter Wessels), une Verte (Elisabeth Ackermann), un libéral (Conradin Cramer), un radical (Baschi Dürr) et un démocrate-chrétien (Lukas Engelberger).

Pas de taxe sur l'énergie renouvelable à Bâle-Campagne

Les citoyens de Bâle-Campagne ne veulent pas d'une taxe sur l'énergie non renouvelable. Ils ont rejeté dimanche une modification de loi et une adaptation de la Constitution en ce sens. Les recettes de la redevance auraient financé des mesures d'encouragement à l'assainissement de bâtiments. Les votants ont dit «non» à la modification de la loi sur l'énergie avec une majorité de 57,45%. L'adaptation de la Constitution a été refusée par 56,80% des suffrages. En cas de «oui», consommateurs et propriétaires auraient payé une redevance maximale de 0,5 centime par kilowattheure.

Les citoyens ont aussi refusé à 53,24% d'inscrire trois nouveaux sites potentiels de décharges dans le plan directeur d'aménagement du territoire, comme l'auraient souhaité les autorités. Les sites prévues se trouvaient tous dans la région du Laufonais. Enfin, les citoyens de Bâle-Campagne se sont prononcés sur le cas de la route cantonale Pratteln-Liestal, délestée depuis l'ouverture de l'A22, il y a trois ans. Cette construction aurait dû entraîner le redimensionnement immédiat de l'ancien tracé de trois à deux pistes. Les votants ont pourtant approuvé à 54,50% la transformation de la troisième piste en voie de réserve aménageable en quelques jours lors de perturbations durables du trafic.

Schaffhouse dit non à une initiative UDC sur l'école

Les Schaffhousois font confiance à leurs autorités scolaires au sujet du plan d'études scolaires alémanique «Lehrplan 21». Ils ont rejeté dimanche une initiative de l'UDC exigeant que toute mise en oeuvre d'un tel projet soit soumise au parlement, voire au peuple. Les citoyens du canton ont dit «non» à l'initiative populaire à une majorité de 68,5%. Le taux de participation a atteint 63%. Le «Lehrplan 21» doit entrer en vigueur à la rentrée scolaire 2018. Les initiants lui reprochaient de ne pas se limiter à la transmission du savoir de base. Ils craignaient en outre que l'enseignement de deux langues étrangères à l'école primaire ne surcharge les élèves.

Thurgovie en fait de même

Le gouvernement thurgovien restera seul compétent en matière de plans d'études scolaires. Les citoyens du canton balaient une initiative exigeant que le plan harmonisé alémanique et ses successeurs soient soumis au parlement, voire au peuple, en cas de référendum. Les votants ont rejeté nettement dimanche, à 75,31%, l'initiative d'une large alliance emmenée par des députés issus de la plupart des partis. Un «oui» aurait pu remettre en cause l'entrée en vigueur du plan d'études alémanique «Lehrplan 21», prévue en août prochain. Les initiants reprochaient au plan d'études alémanique de ne pas se limiter à la transmission du savoir de base et craignaient que l'enseignement de deux langues étrangères à l'école primaire ne surcharge les élèves.

Argovie: déductions limitées à 7000 francs

Les pendulaires argoviens verront leurs déductions fiscales limitées à 7000 francs. Les citoyens du canton ont clairement approuvé dimanche à 60,7% cette mesure qui devrait rapporter 10 millions de francs à l'Etat. Les opposants, emmenés par l'UDC et le PLR, étaient d'avis que les automobilistes doivent pouvoir se rendre au travail dans tout le canton sans être pénalisés.

Ils ont en revanche, de justesse, à 50,3%, de supprimer une variante de la 9e année scolaire d'orientation professionnelle, destinée aux élèves en difficulté et n'ayant pas encore trouvé d'apprentissage.Jusqu'à 70 élèves auraient été concernés. Les Argoviens avaient déjà refusé une telle mesure dans le cadre d'un paquet d'économies en mars 2015.

Les citoyens ont par ailleurs refusé à 52,44% de restreindre l'accès aux prestations complémentaires de l'AI pour les rentiers qui séjournent dans des institutions. Les autorités voulaient augmenter le seuil d'imputation à la fortune. Enfin, la revitalisation des cours d'eau sera désormais moins soutenue par les recettes du taux d'intérêt payé par les sociétés électriques pour l'exploitation de l'eau. Les Argoviens ont accepté à 53,26% une baisse de cette part

Elections aussi en Argovie

L'UDC triomphe en Argovie. Elle obtient pour la première fois un second siège au gouvernement cantonal composé de cinq ministres. Lors du second tour de l'élection à l'exécutif, sa candidate Franziska Roth a devancé dimanche Yvonne Feri (PS) et Maya Bally (PBD). Présidente du tribunal de district de Brugg, Franziska Roth (UDC), âgée de 52 ans, a obtenu 61'160 voix. Soutenue par le PLR au second tour, elle avait pourtant été qualifiée d'«inéligible» par les libéraux-radicaux avant le premier tour. Le PDC, qui était du même avis, n'a pas donné de recommandation de vote en vue du deuxième scrutin. La double présence de l'UDC correspond à son poids politique dans le canton. Il y a un mois, le parti de droite conservatrice a obtenu 32% de l'électorat lors des élections au Grand Conseil. Conseillère nationale et membre de l'exécutif de Wettingen, la socialiste Yvonne Feri n'a pas réussi à sauver le second siège de la gauche au gouvernement, détenu jusque-là par les Verts. Elle a obtenu 51'344 suffrages.

Obwald

Obwald devient le 2e canton après Schwyz à supprimer tout impôt sur les successions et les donations. Ses citoyens ont largement soutenu cette innovation attaquée par un référendum de la gauche. A une majorité de 71,14%, les Obwaldiens ont suivi les arguments de leurs autorités. Selon le gouvernement, l'arrivée de nouveaux contribuables fortunés, séduits par la politique fiscale du canton, compensera la baisse des recettes de 600'000 francs par an. Jusqu'à présent, l'impôt cantonal sur les successions s'appliquait aux oncles, tantes, neveux, nièces et tierces personnes uniquement. Les citoyens ont refusé en outre à 55,05% une hausse de 5% de la taxe sur les véhicules à moteur. Ils en paient actuellement l'une des moins élevées de Suisse. Les votants ont soutenu le référendum déposé par l'UDC.

Zoug

Le canton de Zoug ne pourra pas économiser 40 millions de francs dans tous les domaines d'ici à 2018. Les citoyens ont rejeté à 53,3% ce paquet d'économies attaqué par un référendum de la gauche, appuyée par les fédérations des enseignants, des policiers et des médecins. Paradis fiscal déficitaire, le canton sera forcé de compenser l'abandon de ce paquet d'économies, avait mis en garde le gouvernement en cas de rejet. Il devra soit augmenter les impôts, soit ajouter des coupes d'un montant équivalent à l'occasion du prochain paquet d'économies, prévu d'ici à 2019. Ce dernier est actuellement estimé à 100 millions de francs.

Lucerne

Les Lucernois n'attaqueront pas les hausses du coefficient fiscal par voie de référendum. Ils ont rejeté dimanche une initiative de l'UDC demandant que toute augmentation de ce type peut faire l'objet d'un référendum si le nouveau coefficient dépasse 1,6, à savoir le taux actuel. Les citoyens ont refusé l'initiative populaire à 71%. Le taux de participation a atteint 44%. Hasard du calendrier, le Grand Conseil se prononcera sur un nouveau coefficient de 1,7 dans les prochains jours. En cas d'adoption de l'initiative, l'aboutissement d'un éventuel référendum contre cette hausse aurait privé le canton de budget jusqu'en mai, voire même jusqu'en septembre, si ce référendum passait la rampe en votation. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!