Ville de Genève: Les occupants du Grütli invités à partir jeudi
Actualisé

Ville de GenèveLes occupants du Grütli invités à partir jeudi

La Ville de Genève dit soutenir les revendications du collectif soutenant les mineurs non-accompagnés. Elle donne une date de départ, mais ne demandera pas d'évacuation.

par
mpo
Les militants et les MNA doivent quitter les lieux jeudi, a informé la Ville de Genève.

Les militants et les MNA doivent quitter les lieux jeudi, a informé la Ville de Genève.

mpo

Depuis lundi, le collectif Lutte pour les mineurs non-accompagnés (MNA) occupe le centre culturel du Grütli, au centre-ville de Genève. Mercredi, le Conseil administratif de la Ville de Genève a informé qu'elle tolérait la présence des militants et des MNA jusqu'à «jeudi, date à laquelle une autre solution doit être envisagée, compte tenu des activités prévues au Grütli». Néanmoins, «le Conseil administratif ne sollicitera pas –jusqu'à nouvel avis– l'évacuation des locaux».

Une délégation de l'Exécutif, composée des magistrats Esther Alder, chargée du social, et Sami Kanaan, patron de la culture, a rencontré les militants lundi soir. La Municipalité a précisé qu'elle «portera les revendications du Collectif auprès du Canton», accédant ainsi à leur souhait, exprimé mardi, de voir la Ville servir de tremplin pour entrer en contact avec le Conseil d'Etat.

Rencontre demandée

Enfin, le Conseil administratif fait siens certains constats posés par les militants. Il a ainsi souligné que «la problématique des mineurs non-accompagnés est une préoccupation majeure de la Ville de Genève» et constaté que «malgré les mesures prises, aucune solution pérenne n'a été trouvée pour assurer un accueil décent de ces jeunes».

L'Exécutif a indiqué examiner la possibilité de mettre en place une carte de résident pour les MNA et a rappelé que l'offre sportive leur est déjà ouverte gratuitement. Pour le surplus des revendications, la Ville renvoie au Conseil d'Etat et précise qu'elle sollicite une rencontre avec la Délégation du gouvernement aux affaires migratoires.

Ton opinion