GENÈVE: Les opposants passent la loi sur la fumée à tabac
Actualisé

GENÈVELes opposants passent la loi sur la fumée à tabac

La saga sur la fumée dans les lieux publics continue. Après les recours, voici le référendum.

par
Renaud Bouroud

La pauvre loi sur la fumée passive est attaquée de toutes parts. Après son adoption, le 22 janvier dernier par le Grand Conseil, les milieux antitabac avaient annoncé dans la foulée qu'ils feraient recours, jugeant le texte trop laxiste. Mercredi, c'était au tour du comité «Halte aux interdits» de lancer un référendum.

Pour ses membres, la loi est trop restrictive. «Plutôt que la prohibition totale, on devrait fabriquer une loi plus tolérante», a estimé le satiriste Thierry Meury, membre du comité. «L'acharnement des défenseurs du tabac à retarder l'application de la volonté populaire est affligeant», lui rétorque Jean Barth, père de l'initiative contre la fumée passive. Les référendaires préconisent l'adoption par Genève de la récente loi fédérale sur la fumée, plus souple. Elle prévoit, en plus des fumoirs, la possibilité pour les bistrots de moins de 80 m2 de rester fumeurs.

«Durant les mois où l'interdiction de fumer était en vigueur, les cafés ont perdu en moyenne 50% de leur chiffre d'affaires», a expliqué le président de la Société des cafetiers, Laurent Terlinchamp, qui soutient le référendum. Le comité a jusqu'au 16 mars pour récolter 7000 signatures. S'il n'y arrive pas, il fera recours, a-t-il déjà averti.

Ton opinion