Actualisé 18.04.2017 à 14:25

Sri LankaLes ordures s'entassent dans les rues de Colombo

La capitale est envahie par les déchets à la suite de l'éboulement d'une décharge qui a fait au moins 30 morts, vendredi dernier.

1 / 27
Des centaines de tonnes d'ordures s'accumulaient dans la capitale du Sri Lanka, la décharge qui s'est effondrée vendredi en faisant au moins 30 morts, selon un nouveau bilan, étant inutilisable. (Mardi 18 avril 2017)

Des centaines de tonnes d'ordures s'accumulaient dans la capitale du Sri Lanka, la décharge qui s'est effondrée vendredi en faisant au moins 30 morts, selon un nouveau bilan, étant inutilisable. (Mardi 18 avril 2017)

Keystone
Le bilan en fin d'après-midi du lundi 17 avril 2017 est passé à 29 morts. (Lundi 17 avril 2017)

Le bilan en fin d'après-midi du lundi 17 avril 2017 est passé à 29 morts. (Lundi 17 avril 2017)

AFP
Les secours sont toujours à pied d'oeuvre, sans grand espoir néanmoins. (Lundi 17 avril 2017)

Les secours sont toujours à pied d'oeuvre, sans grand espoir néanmoins. (Lundi 17 avril 2017)

AFP

Des centaines de tonnes d'ordures s'accumulaient dans la capitale du Sri Lanka, la décharge qui s'est effondrée vendredi en faisant au moins 30 morts, selon un nouveau bilan, étant inutilisable.

Cette décharge à ciel ouvert de Kolonnawa, à la limite nord-est de la capitale Colombo, où s'entassent 23 millions de tonnes d'ordures et où 800 tonnes de déchets solides supplémentaires étaient déversées chaque jour, s'est écroulée en détruisant 145 habitations d'un bidonville.

La découverte d'un nouveau corps mardi matin a porté le bilan humain à 30 morts. Six personnes sont toujours portées disparues selon les autorités. Mardi, des centaines de soldats continuaient de creuser dans les décombres mais avec guère d'espoir de retrouver des survivants.

Chiens errants et corbeaux

Face aux poubelles qui s'accumulaient dans les rues de Colombo, le conseil municipal tentait de trouver une solution, tandis que la pestilence attirait chiens errants et corbeaux. «Nous cherchons de nouveaux endroits (pour se débarrasser des poubelles). D'ici mercredi matin, nous espérons un retour à la normale», a déclaré à l'AFP le commissaire V. K. A. Anura.

Les autorités ont relogé temporairement 1700 personnes du bidonville dans des écoles publiques voisines. De nombreux bâtiments ont étés endommagés dans l'éboulis et menacent de s'effondrer. Les habitants de la zone dénoncent régulièrement le ravage environnemental provoqué par cette décharge à ciel ouvert. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!