Actualisé 29.08.2011 à 15:30

TaïwanLes organes d'un patient atteint du VIH transplantés

Cinq personnes ont subi par erreur une transplantation d'organes d'un individu atteint du VIH.

Un des hôpitaux les plus prestigieux de Taïwan a transplanté les organes d'une personne atteinte du VIH à cinq patients, a-t-on appris lundi de source hospitalière.

Les cinq malades reçoivent désormais un traitement contre le VIH, précise sous couvert d'anonymat ce responsable de l'hôpital universitaire national de Taïwan (NTUH), à Taïpeh.

Dans un communiqué diffusé ce week-end sur son site Internet, l'hôpital explique que l'erreur s'est produite car un membre de l'équipe de transplantation avait cru entendre le mot anglais «non-reactive», qui signifie que le test était négatif, alors que le mot «reactive» avait bien été utilisé.

Excuses

Présentant ses excuses pour cette erreur, l'établissement ajoute que cette information a été dévoilée par téléphone et n'a pas été répétée, comme l'exigent les règles habituelles de procédure.

Shih Chung-liang, un responsable du ministère de la Santé, a précisé qu'une équipe allait enquêter sur cette affaire. Des sanctions pourraient être prises à l'encontre du NTUH.

La mère du donneur se sent coupable

Le donneur était un homme de 37 ans tombé dans le coma le 24 août. Son coeur, son foie, ses poumons et ses reins ont été transplantés dans cinq patients le même jour. La transplantation du coeur a été menée dans un autre hôpital.

La mère du donneur, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a expliqué à la télévision qu'elle se sentait coupable et qu'elle ignorait tout de la maladie de son fils.

Yao Ke-wu, qui dirige les services de santé de la ville de Hsinchu, où vivait le donneur, a dénoncé une «négligence révoltante». Il a ajouté que le personnel du NTUH aurait pu éviter cette erreur en interrogeant ses services sur le passé médical du donneur. Il a regretté qu'une telle démarche ne soit pas obligatoire à Taïwan.

Selon lui, les cinq receveurs contracteront probablement le VIH. Il a souligné que leur traitement anti-VIH sera en outre compliqué par le fait qu'ils doivent également prendre des médicaments pour éviter le rejet de leur nouvel organe. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!