Mondial 2014: Les organisateurs sont satisfaits à mi-chemin
Actualisé

Mondial 2014Les organisateurs sont satisfaits à mi-chemin

L'heure était au bilan intermédiaire pour la FIFA et le comité d'organisation de la Coupe du monde 2014, après une phase de groupes spectaculaire qui a vu un total de 136 buts, soit 2,83 par rencontre.

Jérôme Valcke est satisfait de ce Mondial au Brésil.

Jérôme Valcke est satisfait de ce Mondial au Brésil.

«Le Brésil est sur la voie du succès», a affirmé le secrétaire général de la Fédération internationale de football, Jérôme Valcke.

Pour la FIFA, le comité d'organisation et le gouvernement brésilien, tous les feux sont au vert. Notamment en raison de l'engouement exceptionnel pour le tournoi à travers le monde. Pour illustrer cela, Jérôme Valcke a par exemple évoqué les audiences télévisées aux Etats-Unis, dépassant de loin n'importe quel match de la finale NBA 2014 ou l'audience moyenne des World Series 2013, la finale du championnat de baseball.

«Le travail était immense pour tout le monde mais tout ce qui était prévu a été réalisé, même si, parfois, ce fut à la dernière minute», a déclaré Ricardo Trade, directeur général du comité d'organisation. Lequel a tenu à remercier les quelque 14'000 volontaires venus de toute la planète, ainsi que les 20'000 agents de sécurité en exercice durant le tournoi. «Mais nous ne pouvons pas encore nous reposer, a-t-il poursuivi, il reste encore beaucoup à faire. La mission est de faire de ce Mondial un héritage pour le Brésil.»

Même satisfaction chez Aldo Rebelo, le ministre brésilien des sports, représentant des vingt-neuf organismes fédéraux et des nonante organisations publiques locales impliquées dans l'organisation du Mondial. «L'effort déployé par le gouvernement et les municipalités est couronné de succès. Nous sommes pour l'instant à la hauteur des exigences et de la pression d'un tel événement. Il en va de même pour la sécurité, car nous n'avons rencontré que de petits problèmes sans incident grave, de l'hôtellerie ou de la mobilité urbaine. Même les jours de matches, le trafic constaté n'a pas modifié radicalement ce que nous connaissons d'habitude.»

Equilibre économique

Le ministre se réjouit aussi, chiffres à l'appui, de l'apport immédiat de la Coupe du monde à l'économie du pays. Selon lui et le ministère du tourisme, le tournoi a permis la création d'un million d'emplois et le montant de l'argent déjà dépensé par les touristes a déjà augmenté de 24% les recettes du secteur par rapport à 2013.

«La Coupe du monde nous permet de déjà atteindre un équilibre économique grâce à deux facteurs. Le premier est que les dépenses des visiteurs étrangers sont en augmentation. Le deuxième est que les Brésiliens sont plus facilement restés au pays durant le tournoi et qu'ils ont donc dépensé moins d'argent à l'étranger», a exposé M. Rebelo. Pour qui les chiffres et la qualité du football aperçu ne sont pas les seuls motifs de réjouissance. «La chaleur de l'accueil des Brésiliens envers les peuples du monde entier, dans un esprit de fraternité, donne une touche particulière à la compétition», a-t-il encore estimé. (ats)

Surreprésentation blanche

Attaqué sur la surreprésentation, parmi le public brésilien dans les stades, de la population blanche, le ministre des sports s'est défendu en expliquant que «le gouvernement a distribué 250'000 billets pour les matches aux populations indigènes, notamment de Manaus et Cuiaba, ainsi qu'aux enfants inclus dans les programmes sociaux et venant de quartiers défavorisés».

Et de préciser: «Il n'y a pas de grande différence entre le prix des billets du Mondial et celui des billets pour la plupart des autres manifestations sportives dans le monde, comme la Copa Libertadores ou les matches à domicile de l'équipe du Brésil.» Selon les chiffres officiels, 2'454'377 spectateurs ont assisté aux 48 rencontres du premier tour. Pour un taux de remplissage de 98,2%.

Ton opinion