Aide au suicide: Les organisations d'aide au suicide montent au front
Actualisé

Aide au suicideLes organisations d'aide au suicide montent au front

La controverse sur le programme de recherche «Fin de vie» du FNS connaît un nouvel épisode. Les organisations d'aide au suicide font appel au Tribunal administratif fédéral pour plus de transparence.

Selon les cinq organisations, le programme de recherche «Fin de vie» PNR67 est «biaisé et pas neutre», a expliqué jeudi à l'ats Bernhard Sutter, vice-président d'Exit en Suisse alémanique. Cela a un impact sur les projets de recherche et l'ensemble du programme, selon lui.

Il répète donc les critiques que les cinq organisations d'aide au suicide avaient déjà exprimées en avril 2013. Selon elles, le Conseil fédéral devrait revoir le PNR 67 et remplacer la direction actuelle. Elles estimaient que ce PNR nourrit des idées préconçues contre l'autodétermination des patients.

Les organisations mettaient en particulier en cause le président du comité de direction du programme, Markus Zimmermann-Acklin. Ce théologien catholique allemand s'oppose au droit à l'autodétermination et à l'assistance au suicide, avaient souligné Exit Suisse romande, Exit Suisse alémanique, Dignitas, Ex International et Lifecircle.

Bataille juridique pour la transparence

Les organisations d'aide au suicide invoquent dans leur action en justice la loi sur la transparence appliquée dans le secteur public, peut-on lire sur le site web d'Exit Suisse alémanique. Les recommandations du préposé fédéral à la protection des données ont été suivies, rétorque le Fonds national suisse (FNS), «pour l'essentiel, mais pas à 100%», comme on a pu le lire dans la «Neue Zürcher Zeitung» jeudi. Cela concerne un point mineur, mais qui est important pour le FNS, a déclaré à l'ats Inge Blatter, cheffe du service juridique du FNS.

Cela ne suffit pas pour les organisations d'aide au suicide: celles-ci en appellent donc au Tribunal administratif fédéral «pour faire appliquer le principe de la transparence», ont-elles indiqué dans un communiqué jeudi.

Résultats de la recherche à horizon 2016

Avec cette action en justice, ces organisations veulent mettre en garde les milieux politiques et la population afin «que les résultats du PNR67 soient reçus avec prudence», comme l'a expliqué Bernhard Sutter. Il demande toujours que le PNR 67 soit revu et la direction actuelle remplacée.

Le FNS avait été mandaté en 2010 par le Conseil fédéral pour se pencher sur la fin de vie en Suisse. Au total , trente projets sont menés pour un coût de 15 millions de francs . La recherche a commencé en 2012. (ats)

Ton opinion