Hôtellerie de luxe: Les palaces ne connaissent pas la crise
Actualisé

Hôtellerie de luxeLes palaces ne connaissent pas la crise

En cette période de Fêtes, les cinq étoiles helvétiques ne semblent pas trop pâtir de la crise financière.

Dans la mecque de l'hôtellerie de luxe à St-Moritz (GR), des suites coûtant jusqu'à 12'000 francs sont réservées.

Mais tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. En ville, de nobles enseignes ont perdu des clients, banquiers ou gestionnaires de fortune, a indiqué l'association Swiss Deluxe Hotels, une année après un hiver record.

A moyen terme, l'hôtellerie de luxe pourrait tout de même être touchée. «Nous nous préoccupons également de la crise, mais n'en parlons pas avec nos clients», a expliqué Hans Wiedemann, directeur du légendaire «Badrutt's Palace Hotel» à St-Moritz.

Et de souligner que l'hôtel veut offrir quelque chose à ses clients pendant les vacances. Ces derniers ont par exemple la possibilité de déguster un menu de la Saint-Sylvestre pour la coquette somme de 1100 francs, boissons non comprises.

Comme au «WEF»

Hans Wiedemann sait qu'il peut compter sur une clientèle fidèle. Certaines familles passent leurs vacances dans le palace depuis des générations. «Il ne faut pas sous-estimer qui les gens rencontrent ici. Nous sommes une sorte de 'World Economic Forum' (WEF), mais à St-Moritz».

Quelques annulations, comme cela a été le cas au Carlton Hotel, ne sont pas un problème. La liste d'attente est tellement longue que les accidents de parcours peuvent être compensés.

Ici, le luxe est célébré. Dans la nuit du 31 décembre au 1er janver, le Carlton organise un cocktail «diamonds». Au fond de leurs verres, les invités trouveront des diamants. Et la maison de préciser que «deux seront véritables».

Animaux pas oubliés

Les animaux de compagnie ne sont pas oubliés. La «Suvretta House» accueille les chiens pour une somme allant de 45 à 70 francs par jour. Leur nourriture est ajoutée à la facture.

Au total, près de 100'000 personnes séjourneront en Haute-Engadine entre Noël et Nouvel-An. Et les festivités se poursuivront en janvier avec la clientèle russe, venue célébrer le Noël orthodoxe en altitude.

59 francs en demi-pension

Mais cette dernière population n'est pas aussi nombreuse que l'on pourrait s'y attendre. «Elle ne représente que 3% de la clientèle hivernale», a précisé Sara Roloff, porte-parole de l'enseigne touristique «Destination Engadine-St-Moritz».

Et de conclure qu'il ne faut pas forcément être riche pour venir passer les Fêtes de fin d'année à St-Moritz: un lit dans une chambre à quatre à l'auberge de jeunesse de la station coûte 59 francs en demi-pension, a-t-elle souligné.

(ats)

Ton opinion