Cisjordanie: Les Palestiniens méritent «leur propre Etat»
Actualisé

CisjordanieLes Palestiniens méritent «leur propre Etat»

Le président américain Barack Obama a affirmé jeudi que les Palestiniens «méritent leur propre Etat», lors d'une conférence de presse conjointe avec le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah.

«Je suis revenu en Cisjordanie parce que les Etats-Unis sont profondément engagés en faveur de la création d'un Etat de Palestine indépendant et souverain», a affirmé M. Obama qui visite Ramallah, siège de l'Autorité palestinienne, pour la première fois en tant que président américain.

Et, «sur la base des conversations que j'ai eues avec le Premier ministre (israélien) Netanyahu et le président Abbas, la possibilité d'une solution à deux Etats continue à exister», a encore déclaré M. Obama. Celui-ci n'a toutefois avancé aucune proposition nouvelle pour relancer le processus de paix, au point mort depuis octobre 2010.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, a ajouté Barack Obama, consacrera toutefois une bonne partie de son temps et de son énergie à rapprocher les deux parties afin qu'elles reprennent leurs négociations directes.

Colonies critiquées

Le président des Etats-Unis a en outre critiqué la colonisation israélienne en Cisjordanie qui «ne fait pas avancer la paix», des propos qu'il assure avoir également tenus au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

M. Obama a par ailleurs condamné le tir de deux roquettes contre Israël par un groupe armé de la bande de Gaza, survenu peu avant son arrivée.

«Nous avons encore vu (ce matin) la menace de Gaza avec ces roquettes. Nous condamnons cette violation d'un important cessez-le-feu qui protège les Israéliens comme les Palestiniens», a déclaré M. Obama en faisant référence à la trêve conclue fin novembre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza.

Pas de reprise des négociations sans gel de la colonisation

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a affirmé jeudi au président américain Barack Obama qu'il n'y aurait pas de reprise des négociations de paix avec Israël sans un gel des constructions dans les colonies.

«Une reprise des négociations n'est pas possible sans un gel de la colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est» occupées, a déclaré le conseiller politique de la présidence, Nimr Hammad, en rapportant les propos de M. Abbas lors de son entretien avec le président américain.

«M. Abbas, durant sa rencontre avec Obama, a été très clair, lui disant que la construction dans les colonies était un obstacle sur la voie de la paix et de la reprise des négociations».

Appel à la jeunesse israélienne

Barack Obama s'est adressé directement à la jeunesse israélienne, jeudi à Jérusalem, afin qu'elle incite la classe politique à prendre le risque de faire la paix avec les Palestiniens. Le président américain a appelé les jeunes Israéliens à se «mettre à la place» des Palestiniens.

Dans un discours fréquemment interrompu par des applaudissements puis par une ovation debout après la brève intervention d'un perturbateur, le président américain a invité les étudiants choisis pour venir l'écouter à se prendre en main: «Vous devez créer le changement que vous souhaitez voir.»

«Etant donné la démographie à l'ouest du Jourdain, le seul moyen pour Israël de perdurer et de prospérer en tant qu'Etat juif et démocratique est la réalisation d'une Palestine viable et indépendante», a martelé le chef de la Maison blanche.

«Mettez-vous à la place des (Palestiniens). Regardez le monde à travers leurs yeux», a dit le président américain. «Il n'est pas juste qu'une enfant palestinienne ne puisse pas grandir dans un Etat lui appartenant, et qu'elle vive en présence d'une armée étrangère contrôlant chaque jour les mouvements de ses parents.»

«Il n'est pas juste que la violence des colons contre les Palestiniens reste impunie. Il n'est pas juste d'empêcher les Palestiniens d'exploiter leurs terres, de restreindre la possibilité d'un étudiant de se déplacer en Cisjordanie ou de déplacer des familles palestiniennes de leurs domiciles.»

«Ni l'occupation ni l'expulsion ne sont des réponses», a-t-il dit.

Reconnaître la judéité d'Israël

Barack Obama a exhorté en échange «les Palestiniens à reconnaître qu'Israël sera un Etat juif et que les Israéliens ont le droit d'insister sur leur sécurité». Il a réaffirmé l'engagement des Etats-Unis en faveur de la sécurité d'Israël, répétant que son gouvernement ferait tout pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire. (ats/afp)

Un groupe salafiste revendique le tir de roquettes

Une coalition de groupes salafistes de Gaza a revendiqué le tir jeudi de deux roquettes sur le sud d'Israël, en affirmant qu'il s'agissait d'une «réponse à la visite» du président américain Barack Obama en Israël et en Cisjordanie.

Dans un communiqué reçu par l'AFP, le Majlis Choura al-Moujahidine «revendique la responsabilité du tir de roquettes sur l'usurpateur sioniste à Sdérot pour dire à ce chien d'Obama: vous ne vivrez pas en sécurité tant que nous ne serons pas nous-mêmes en sécurité dans l'ensemble des pays islamiques».

Ton opinion