Publié

Proche-OrientLes Palestiniens prêts à reprendre les négociations

L'Autorité palestinienne pose comme condition que le gouvernement israélien cesse la colonisation.

1 / 150
Des Palestiniens réclament la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH).  (Vendredi 1er février 2019)

Des Palestiniens réclament la Présence internationale temporaire à Hébron (TIPH). (Vendredi 1er février 2019)

AFP
Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol. (Dimanche 19 novembre 2017)

Le président israélien Reuven Rivlin a rejeté dimanche la demande de grâce d'un soldat franco-israélien reconnu coupable et condamné pour avoir achevé un assaillant palestinien blessé et au sol. (Dimanche 19 novembre 2017)

Keystone
Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain autour de Gaza visant à empêcher les infiltrations palestiniennes par des tunnels. (Jeudi 10 août 2017)

Israël va accélérer la construction d'un mur souterrain autour de Gaza visant à empêcher les infiltrations palestiniennes par des tunnels. (Jeudi 10 août 2017)

Keystone

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a rappelé mercredi qu'il était prêt à reprendre des négociations de paix si le gouvernement israélien cessait la colonisation des Territoires occupés, selon un communiqué de la présidence.

«A la minute où le gouvernement israélien acceptera de cesser toutes ses activités de colonisation (...), les responsables palestiniens sont prêts à reprendre les négociations», a déclaré M. Abbas après les propos du secrétaire d'Etat américain John Kerry affirmant que la colonisation mettait en danger la solution à deux Etats, seule à même d'apporter la paix.

Après avoir rappelé son engagement «pour une paix juste», M. Abbas a dit continuer sa coopération étroite avec la France en vue de la réussite de la conférence internationale sur le Proche-Orient qui se tiendra le 15 janvier à Paris.

La France organisera cette conférence, avec quelque 70 pays, mais sans les Israéliens ni les Palestiniens, pour réitérer le soutien de la communauté internationale à une solution au conflit israélo-palestinien sur la base de deux Etats.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a d'ailleurs salué le discours «courageux» de M. Kerry.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a lui dénoncé un «discours biaisé» contre Israël. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!