Les paparazzi italiens devant la justice tessinoise
Actualisé

Les paparazzi italiens devant la justice tessinoise

LUGANO (TI). L'affaire de chantage organisée par des people italiens rebondit en Suisse.
Quatre inculpations prononcées.

Le Ministère public tessinois a inculpé le paparazzo italien Fabrizio Corona, propriétaire d'une agence de photo à Milan, de blanchiment d'argent après avoir extorqué des fonds à des stars. Trois autres personnes, dont le manager Lele Mora, sont aussi poursuivis.

Les inculpés auraient exigé à chaque fois jusqu'à 60 000 euros (plus de 100 000 fr.) de plusieurs personnalités en Italie. En échange, ils renonçaient à publier des photos compromettantes dans des journaux à scandale. Le Ministère public tessinois a saisi des comptes s'élevant à plusieurs millions de francs et placés ouverts auprès de banques luganaises. Il a aussi mis sous scellés trois cassettes de sûreté contenant des documents et des photos compromettantes.

En mars dernier, le procureur de Potenza (I) avait demandé l'entraide judiciaire. Dans son collimateur, Fabrizio Corona et onze complices soupsçonnés d'avoir organisé un vaste réseau de chantage de gens du spectacle. Parmi les victimes de ce réseau figureraient l'industriel Diego della Valle, patron des chaussures Tod's et du club de football italien de la Fiorentina, ou des footballeurs comme David Trezeguet, Vincenzo Montella et Adriano. L'animatrice bernoise de télévision Michelle Hunziker avait, elle, été entendue en mars dernier par le Parquet de Milan comme témoin, dans le cadre de cette affaire.

ats

Ton opinion