Avant le G-20 de Londres: Les paradis fiscaux en ligne de mire des Européens
Actualisé

Avant le G-20 de LondresLes paradis fiscaux en ligne de mire des Européens

La chancelière allemande Angela Merkel a plaidé dimanche pour un «résultat ambitieux» au G-20 de Londres le 2 avril prochain, en prônant notamment des «sanctions» contre les paradis fiscaux.

«Il faut développer des mécanismes de sanctions» contre eux, a plaidé Mme Merkel en clôture d'une réunion de dirigeants européens à Berlin. Elle a souhaité que, «d'ici le 2 avril au plus tard» soit dressées «des listes» pour «montrer qui concrètement a refusé cette coopération internationale».

Le président français Nicolas Sarkozy a également souligné la «nécessité de prévoir des sanctions à la clé de la nouvelle réglementation». Car «une nouvelle régulation sans sanctions, ça n'existerait pas».

«Nous voulons en finir avec les paradis fiscaux», a martelé le président français. «Nous voulons des résultats en la matière, avec une liste de paradis fiscaux et des conséquences».

Il faut également selon Mme Merkel «renforcer le rôle du FMI», le Fonds monétaire international. «Un doublement des ressources du FMI serait nécessaire pour pouvoir aider les pays qui en ont besoin», a-t-elle dit.

Les marchés financiers, y compris les 'hedge funds' et les agences de notation «doivent faire l'objet d'une régulation et d'un contrôle», a-t-elle plaidé.

«Nous voulons tous que Londres soit un succès et nous sommes tous conscients que c'est une chance ultime», a déclaré Nicolas Sarkozy. «Nous ne pouvons pas nous permettre un échec à Londres». «L'Europe veut la refondation du système», a-t-il insisté. (ap)

Ton opinion