Actualisé

GenèveLes parcs transformés en sanctuaires

Les parcs autour de la rade Genève deviennent intouchables. Les électeurs de la ville ont accepté dimanche à une majorité de 52,2%, l'initiative «Sauvons nos parcs au bord du lac!».

L'objectif de ce texte est d'interdire toute nouvelle construction sur les terrains propriétés de la Ville situés sur les bords du lac. L'initiative a été adoptée par 23'568 voix contre 21'616. Le taux de participation s'est élevé à 40,4%.

Pour les initiants, il s'agit simplement d'empêcher les grignotages de constructions au détriment des parcs dans cette zone de verdure. Le comité d'initiative espère avoir mis fin à toutes velléités de construction d'immeubles de bureaux, tout particulièrement le long du rivage, que certaines sociétés veulent s'approprier, notent-ils.

En acceptant l'initiative, les électeurs de la Ville de Genève ont désavoué leurs autorités et l'ensemble des partis politiques, à l'exception d'Ensemble à gauche, qui avait été le seul à soutenir le texte. Les autorités municipales craignent que maintenant, il ne devienne très difficile de modifier quoi que ce soit au bord du lac.

Les obstacles seront grands, même s'il s'agit de favoriser des projets d'intérêt public, a affirmé l'exécutif de la Ville de Genève. L'initiative pourrait mettre ainsi un frein au réaménagement de la rade ou à tout autre projet que la Ville souhaiterait mener dans les secteurs mentionnés.

L'initiative «Sauvons nos parcs au bord du lac!» a été lancée par des associations comme Action patrimoine vivant et l'Avivo en 2009 lors du démarrage du projet d'agrandissement de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dans le parc Barton. L'extension a depuis lors été réalisée, mais l'initiative a été maintenue. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!