Maltraitance en Belgique: Les parents-bourreaux «pires que Marc Dutroux»
Actualisé

Maltraitance en BelgiqueLes parents-bourreaux «pires que Marc Dutroux»

Des journalistes belges sont allés interroger les voisins du couple de tortionnaire ayant fait subir le martyre à leurs quatre enfants pendant dix ans. Stupeur et consternation.

par
cga
Sébastien Hardenne et Isabelle Simon risquent dix ans de prison.

Sébastien Hardenne et Isabelle Simon risquent dix ans de prison.

«Ce qu'il a fait là, pour moi, c'est pire que ce qu'a fait Marc Dutroux. Il a fait ça à ses propres enfants!» A l'image d'Anne-Marie Durieux, les habitants de la petite bourgade de Biron sont sous le choc après les révélations sur les sévices subis par quatre enfants du coin. Cette femme, voisine directe du couple de tortionnaires, ne se remet pas de ce qu'elle a pu lire dans la presse: elle pleure tous les soirs, assure-t-elle à sudinfo.be.

«Je m'en veux terriblement de n'avoir rien vu de tout ça. Cela me rend malade!» Jamais Anne-Marie n'aurait imaginé les gifles, les coups de pied, de poing, de ceinture ou même de fouet du père aux enfants. Encore moins qu'il leur faisait manger des tartines couvertes d'excréments de chien ou sur lesquelles il avait uriné!

La voisine avait bien remarqué que les enfants étaient souvent affamés: «Ils venaient à la maison en disant que cela sentait bon chez moi, en me demandant ce que j'avais préparé. Je leur donnais quelque chose. Mais ils n'étaient jamais longtemps seuls, très vite la mère ou le père venait les chercher. Et souvent, ensuite, les enfants étaient punis (...). Je n'ai été que deux fois chez eux. Il fallait y aller avec des cuissardes tellement c'était sale! Je me suis rendu compte que la mère ne savait pas cuisiner… »

«La petite de neuf ans, elle en paraissait cinq!»

Anne-Marie Durieux reconnaît s'être fait berner par le père, qu'elle décrit comme une vraie armoire à glace.

«Il se vantait de gâter ses enfants! Un jour il m'a dit qu'il les avait emmenés manger des frites. Et maintenant j'apprends qu'il les faisait vomir après…» Anne-Marie Durieux explique que les enfants ne grandissaient pas: «La petite de neuf ans, elle en paraissait cinq!» Elle entreprend donc de les nourrir clandestinement: «Ils avaient troué les panneaux de séparation entre les deux maisons. On leur passait de la nourriture par là!»

Entre 2003 et 2012, Sébastien Hardenne et Isabelle Simon ont fait vivre un véritable enfer à leur progéniture pendant une décennie dans la région d'Erezée, en Belgique. Poursuivis pour traitements inhumains, ces parents de quatre enfants tentent d'atténuer les faits reprochés. Ils risquent dix ans de prison. L'oncle risque 8 ans et sa compagne 6 mois. Les enfants, trois filles et un garçon, ont été pris en charge dans une clinique de Namur. Ils vont mieux et Anne-Marie envisage de continuer à aider ces enfants «attachants»: «s'il fallait en prendre un avec nous, suite aux événements, on le ferait».

Ton opinion