Actualisé 05.04.2006 à 20:00

Les parents des enfants maltraités payaient 6000 fr.

Les parents des enfants suisses détenus dans des cages en Espagne ont payé jusqu'à 6000 fr.

Cinq jeunes Suisses de 14 à 17 ans, présumés délinquants, ont vécu l'enfer dans une ferme de la province espagnole de Gérone (voir notre édition d'hier). Privés d'eau et de lumière, ils étaient enfermés dans des cages. Un des enfants a réussi à s'échapper et à donner l'alerte. Les trois adultes qui les «encadraient», un Suisse de 44 ans, une Italienne et un Français, ont partiellement reconnu les faits. Ils ont toutefois nié avoir battu les enfants. Le juge espagnol a décrété leur remise en liberté, à condition qu'ils restent à disposition de la justice.

Dans le quotidien El País, le Suisse Armin Markus S. se défend. «J'ai l'appui des parents», assure-t-il. Selon lui, ceux-ci téléphonaient chaque semaine et pouvaient venir en visite. «Beaucoup d'enfants sont prêts à revenir, estime-t-il. Ils vivaient en contact avec la nature.»

Les trois adultes n'avaient ni la formation ni le titre d'éducateurs, confie la police catalane. «Le Français semblait plus ou moins le chef, mais les degrés de responsabilité ne sont pas encore établis», précise une porte-parole. Le réseau ne fonctionnait pas comme une association légalement constituée et recrutait uniquement par le bouche à oreille. Armin Markus S. assure quant à lui que la structure était «une famille d'accueil agréée par les institutions judiciaires suisses».

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) confirme pour sa part que le rapatriement en Suisse des cinq jeunes a été organisé. On ignore encore si l'enquête espagnole aura des prolongements en Suisse. Hier, l'Office fédéral de la justice était injoignable.

Emmanuelle Robert

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!