Soins à domicile: Les parents devraient être indemnisés plus tôt
Actualisé

Soins à domicileLes parents devraient être indemnisés plus tôt

La commission de la santé publique des Etats soutient l'initiative parlementaire de Christine Bulliard (PDC/FR).

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone/Archives

Les proches qui s'occupent eux-mêmes d'une personne impotente devraient plus facilement être soutenus. Le coup de pouce devrait être offert sans attendre et même en cas d'impotence faible.

Par 10 voix sans opposition, la commission de la santé publique du Conseil des Etats soutient cette initiative parlementaire de Christine Bulliard (PDC/FR).

Actuellement, la personne qui prend en charge un proche exigeant une assistance et des soins peut recevoir une aide financière, mais à certaines conditions. Le parent pris en charge doit présenter une impotence de degré moyen reconnue et attendre un an.

La commission du National peut désormais rédiger un projet concret. Son homologue de la Chambre des cantons lui demande toutefois de suspendre ses travaux jusqu'à ce que le Conseil fédéral ait remis son projet sur la question, ont indiqué mardi les services du Parlement.

Services de bénévoles

Le gouvernement a demandé début février au Département fédéral de l'intérieur d'élaborer d'ici la fin de l'année une loi octroyant un congé de courte durée aux personnes qui s'occupent d'un parent malade. Quant aux parents d'enfants gravement malades, ils devraient bénéficier d'un congé prolongé.

En outre, les tâches d'assistance doivent être mieux reconnues dans la loi sur l'AVS. Comme les proches qui aident des personnes présentant une impotence moyenne, ceux qui soutiennent un parent atteint d'une impotence faible devraient avoir droit à des bonifications.

Le gouvernement compte aussi mettre en place des offres pour décharger les proches aidants, comme un soutien par des services de bénévoles ou des lits dans les établissements médico-sociaux durant les périodes de vacances. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion