Actualisé 08.05.2008 à 20:04

Les parents genevois laissent boire leurs enfants

Une étude locale met en avant la
permissivité des parents face à la consommation d'alcool de leurs ados.

«La première fois que j'ai bu de l'alcool, j'avais 5 ans, lance Marc*. Mes parents ont voulu me faire goûter un peu de vin. C'était Noël.» Aujourd'hui âgé de 32 ans, l'homme avoue avoir un réel problème avec la «bibine». C'est justement l'une des conclusions qui apparaît dans une étude rendue publique hier.

Baptisée «Mon ado et l'alcool», cette enquête cantonale, menée auprès de parents d'ados âgés de 12 à 15 ans, démontre la permissivité des pères et des mères face à la consommation de ce produit. «Même si les parents ont conscience des dangers de l'alcool, explique Sylvie Donzé, certains considèrent que faire goûter cette substance à leurs enfants fait partie de l'éducation. Tout comme l'ivresse.»

La psychologue de la santé mandatée pour cette étude par la Fédération genevoise pour la prévention de l'alcoolisme (FEGPA) ajoute que les parents sont ainsi souvent plus laxistes dans les cadres festifs. «Et c'est là le problème, souligne le médecin en charge de la Direction générale de la santé cantonale, le Dr Philippe Granget. Plus la première consommation d'alcool est précoce, plus les risques d'une dépendance sont accrus.»

Et de relever que l'âge de la première consommation va en s'abaissant. «Force est de constater que les cas de comas éthyliques recensés par l'Hôpital des enfants de Genève est en nette augmentation», conclut le Philippe Granget.

Shahïn Ammane

*Prénom d'emprunt

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!