Actualisé

Ligue 1Les Parisiens au secours d'Areola après sa boulette

Le gardien parisien, souvent maladroit, s'est complètement raté en tentant de dribbler les attaquants adverses. Il a laissé les Lillois lui chiper le ballon et De Préville égaliser à la 86e.

Le PSG a arraché un succès inespéré contre Lille (2-1) grâce à un but en fin de match de Lucas et reste dans la roue de Monaco, vainqueur de Montpellier (1-2), mardi, lors de cette 24e journée du championnat de France. Un Lille bien regroupé et qui joue tout sur le contre, un PSG ultra dominateur mais parfois emprunté. La rencontre avait tout du match piège pour les Parisiens, qui devaient à tout prix suivre le rythme imposé par leurs rivaux monégasques.

Le PSG a cru s'en sortir grâce au but libérateur de l'inévitable Edinson Cavani. Après un coup franc pas vraiment réussi de Di Maria, le buteur uruguayen a profité d'une déviation de Kishna pour prendre à contre-pied Enyeama (70e). Mais le gardien Alphonse Areola, souvent maladroit, s'est complètement raté en tentant de dribbler les attaquants adverses. Il a laissé les Lillois lui chiper le ballon et De Préville égaliser à la 86e.

A en croire la détresse du portier, la victoire paraissait définitivement oubliée. Mais, dans la confusion de la fin match, Lucas a réussi à délivrer le Parc des Princes dans les dernières secondes (90+2) malgré les contestations des joueurs du Losc réclamant un hors-jeu.

Après le match, l'ensemble des joueurs du PSG s'est montré solidaire avec le gardien. «On a confiance en lui, c'est un grand joueur. Je ne sais pas s'il y a eu faute. Cela arrive parfois, il a notre confiance. Il n'y a pas de problème», a lâché Lucas au micro de Canal+ Sport. «On fait tous des erreurs, a déclaré Blaise Matuidi. Il a toute notre confiance, c'est un grand gardien.»De son côté Thiago Motta rappelle qu'il a agit selon les consignes du coach. «L'entraîneur lui demande de jouer avec les pieds. Il prend ses responsabilités. Personnellement, j'ai une totale confiance quand je vois Alphonse dans les buts». L'expérimenté Maxwell indiquait même: «On utilise beaucoup le gardien quand on a la balle, on prend des risques. Et là, il y a faute sur lui».

En fin de match, même le gardien adverse est venu soutenir Areola.

(20 minutes/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!