Actualisé 13.02.2009 à 13:32

Entretiens de Watteville

Les partis répètent leur opinion face à la crise économique

Les partis ont profité des entretiens de Watteville pour réaffirmer vendredi leur position face aux projets du Conseil fédéral pour lutter contre la crise.

Ils ont en outre souhaité que les discussions portent désormais sur des thèmes plus «ouverts».

A l'unanimité, les représentants du PS, de l'UDC, du PLR et du PDC ont fait part de leur souhait de ne plus être simplement confrontés à une information sur les décisions déjà prises par le gouvernement, a expliqué vendredi devant la presse le président du Parti socialiste Christian Levrat.

Crise économique

Les partis gouvernementaux ont ainsi pu s'exprimer une nouvelle fois sur le 2e plan conjoncturel présenté mercredi par le Conseil fédéral. Les libéraux-radicaux et les démocrates-chrétiens soutiennent la démarche du gouvernement. L'UDC s'y oppose et plaide pour des réductions d'impôts.

Le PS souhaite quant à lui un plan de relance de plus grande ampleur. Il faudrait notamment davantage accompagner la mue structurelle de l'économie en investissant particulièrement dans la formation et le domaine énergétique, selon M. Levrat.

Les partis ont en outre été informés de l'état «du dialogue» concernant le différend fiscal avec l'Union européenne. Un projet interne est en discussion au sein de l'administration. Une information à l'Union européenne a également eu lieu.

Le retour de l'UDC

Ces entretiens de Watteville ont été marqués par la présence des représentants de l'UDC, un retour «spécialement salué» par le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz. Les démocrates du centre avaient claqué la porte de cette réunion après la non- réélection de Christoph Blocher au Conseil fédéral en décembre 2007, au nom de leur politique d'opposition.

Avec l'arrivée d'Ueli Maurer au Conseil fédéral, ils se considèrent désormais à nouveau comme un parti gouvernemental. Le Parti bourgeois démocrate d'Eveline Widmer Schlumpf devrait rejoindre prochainement les entretiens de Watteville puisqu'il pourra former un groupe parlementaire dès la session de mars.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!