Accueil parascolaire: Les partisans de l'école à journée continue veulent de la cohérence
Actualisé

Accueil parascolaireLes partisans de l'école à journée continue veulent de la cohérence

Les partisans de l'école à journée continue, sur laquelle les Vaudois se prononceront le 27 septembre, ont présenté mercredi leurs arguments.

Ils plaident pour une politique familiale cohérente qui permette de concilier travail et enfants.

Le comité pour un oui à l'article constitutionnel, qui réunit de nombreuses associations dont Pro Familia, est soutenu par l'ensemble des partis, UDC excepté. Il souligne que l'objectif de la votation est de fournir un accueil parascolaire facultatif dans toutes les communes tout au long de la scolarité.

Pour Pro Familia Vaud, cet article fournira des solutions aux adolescents «souvent livrés à eux-mêmes en dehors des horaires scolaires», note le communiqué. Blaise Fattebert, secrétaire général, dénonce en outre les chiffres avancés par l'UDC selon qui les mesures coûteront entre 200 millions de francs et un milliard.

C'est une manière de faire peur aux gens, «c'est la tyrannie des millions». Tout dépendra de ce qui sera mis en place, cela variera en fonction des communes. «Bien malin qui pourrait dire aujourd'hui combien cela va coûter», a dit Blaise Fattebert à l'ATS.

Le contraire d'une démission

L'Association des parents d'élèves (APE) insiste elle sur le rôle de l'accueil parascolaire pour l'égalité des chances entre les jeunes. «Tout au contraire d'une démission, recourir à une structure d'accueil pour concilier travail et famille, c'est justement assumer sa responsabilité de parent», selon la présidente du comité de l'APE- Vaud, Barbara de Kerchove.

Christine Narbel a rappelé de son côté la croissance continue des foyers monoparentaux. La présidente de l'Association des familles monoparentales et recomposées (AFMR) juge de ce fait les structures d'accueil «indispensables».

(ats)

Ton opinion