Meetings: Les partisans de McCain durcissent le ton contre Obama
Actualisé

MeetingsLes partisans de McCain durcissent le ton contre Obama

La colère s'exprime brute dans les meetings électoraux républicains, à mesure qu'Obama prend de l'avance, et le candidat John McCain laisse dire.

Il y a de la rancune et de la rage dans les rassemblements des partisans de John McCain et Sarah Palin, contre le candidat de l'autre bord. Le démocrate Obama est qualifié de «traître», «terroriste», «menteur», quand ce n'est pas le cri de «coupez lui la tête» qui fuse de la foule.

Les candidats à la présidentielle sont accoutumés au chahut, mais ils ont aussi tendance à le provoquer.

Quand un partisan de McCain visiblement en colère, a déclaré jeudi, à Waukesha dans le Wisconsin, «je suis vraiment furieux» parce que «les socialistes prennent le pays», McCain s'est contenté de rétorquer : «je vous reçois 5 sur 5». «Le gentleman a raison», avant de poursuivre sa tirade sur les démocrates au Congrès.

Les tirades hostiles à Obama sont plus audibles encore quand McCain apparaît avec Sarah Palin, une icône pour les conservateurs sociaux. Elle a accusé cette semaine Obama de «copiner avec des terroristes», parce qu'il a connu, dans les années 1960, un activiste opposé à la guerre du Vietnam. McCain lui-même a cherché à tirer profit de ce lien supposé avec William Ayers, un voisin de quartier d'Obama à Chicago. Ils ne sont pas proches, mais Ayers a organisé une réunion électorale en faveur d'Obama au début de sa carrière politique, et ils ont siégé ensemble au conseil d'administration d'une organisation caritative.

Collectant de l'argent vendredi dans l'Ohio, Palin a fait cette remarque : «Ce n'est pas négatif ni mal intentionné» de regarder de près les personnalités suspectes auxquelles Obama peut être associé.

«Au cours des deux derniers jours, nous avons vu un tir de barrage d'insinuations odieuses et d'attaques» a relevé Barack Obama.

Les services secrets ont confirmé vendredi avoir enquêté sur une information du Washington Post selon laquelle, lors d'un meeting de Palin en Floride, quelqu'un aurait crié «Tuez le», à propos du candidat démocrate. «Nous avons examiné l'incident parce que nous sommes prudents» rapporte Eric Zahen, porte parole des service secrets interrogé par Associated Press. (ap)

Ton opinion