Actualisé 22.11.2014 à 11:47

Kenya

Les passagers d'un bus exécutés

Vingt-huit voyageurs ont été tués tôt samedi matin par des hommes armés, dans le nord-est du Kenya, près de la frontière avec la Somalie. Les shebab somaliens ont revendiqué l'attaque.

Les shebab mènent régulièrement des attaques dans la région.

Les shebab mènent régulièrement des attaques dans la région.

Le chef de la police du département de Mandera a confirmé à l'AFP que 28 voyageurs innocents avaient été brutalement tués par les shebab. Selon lui, les assaillants avaient arrêté le bus, à bord duquel se trouvaient soixante personnes, avant de le conduire à l'écart de la route et d'exécuter les passagers identifiés comme n'étant pas musulmans.

Les islamistes somaliens shebab ont revendiqué samedi l'exécution des 28 passagers, indiquant avoir agi en représailles après des raids de la police kényane sur des mosquées de Mombasa, sur la côte kényane.

«Les moudjahidines ont mené avec succès une opération près de Mandera tôt ce (samedi) matin qui a abouti à la mort de 28 croisés, revanche des crimes commis par les croisés kényans contre nos frères à Mombasa», a déclaré Cheikh Ali Mohamud Rage, un porte-parole des shebab, dans un communiqué envoyé à l'AFP.

Série d'attaques

Le Kenya, et notamment les régions frontalières avec la Somalie, a été le théâtre d'une série d'attaques attribuées aux shebab depuis que Nairobi a envoyé ses troupes combattre les islamistes dans le sud somalien en octobre 2011.

Cette attaque intervient alors que la police kényane a effectué lundi des descentes contre quatre mosquées de Mombasa, deuxième ville du pays, sur la côte kényane. Ces quatre mosquées ont été fermées par les autorités, qui estiment qu'elles sont passées sous le contrôle de prédicateurs radicaux liés aux shebab et servent de bases à la préparation d'attaques.

En juillet, les shebab avaient revendiqué l'attaque d'un bus sur la côte kényane, dans la région de l'archipel touristique de Lamu, à une centaine de kilomètres de la frontière somalienne qui avait sept morts.

Une série d'attaques revendiquées par les shebab en juin et juillet dans cette région, visant des villages et des véhicules, avaient fait une centaine de morts. (ats/afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!