Aéroport de Zurich: Les passagers sont à bout, la police doit intervenir chaque jour

Publié

Aéroport de ZurichLes passagers sont à bout, la police doit intervenir chaque jour

Les difficultés que rencontre l’aviation jouent avec les nerfs de certains voyageurs qui s’en prennent au personnel à Kloten. À Genève, par contre, on compte moins d’incidents.

La foule se presse aux guichets de l’aéroport de Kloten le 2 juillet dernier.

La foule se presse aux guichets de l’aéroport de Kloten le 2 juillet dernier.

Urs Jaudas

Quand la police intervient dans le terminal de l’aéroport de Zurich, ce n’est pas pour régler de petites disputes mais «uniquement quand nos collaborateurs sont menacés». Porte-parole de Swissport, Nathalie Berchtold confirme dans le «Tages-Anzeiger» une hausse nette des cas d’agressions depuis la levée des restrictions sanitaires. La situation est tendue dans les aéroports européens. Manque de personnel, temps d’attente allongé, vols annulés ou bagages perdus, les nerfs des voyageurs sont mis à rude épreuve.

À Kloten, on comptait une intervention par mois avant la pandémie, maintenant les forces de l’ordre sont sollicitées en moyenne une fois par jour, constate Nathalie Berchtold. Le personnel au sol est formé pour gérer les voyageurs mécontents, mais n’arrive pas à faire face à toutes les situations. Des panneaux ont même été installés l’an dernier pour rappeler que les insultes, menaces et voies de fait sont punissables.

Moins d’incidents qu’en 2019 à Genève

À l’aéroport de Genève, qui précise que tous les incidents signalés sont répertoriés, une baisse des comportements inappropriés des voyageurs envers le personnel est constatée. En comparaison avec les six premiers mois de 2019, «les chiffes n’indiquent pas de hausse», nous a répondu Ignace Jeannerat, porte-parole de Genève Aéroport. «Les chiffres de 2022 sont même inférieurs à ceux de 2019», précise-t-il. En cas de comportements inappropriés de passagers envers les agents d’assistance, les cas sont dénoncés et l’aéroport de Genève n’exclut pas des interdictions de pénétrer dans les infrastructures pour une période donnée. Des panneaux sont disposés à l’entrée du terminal et des autocollants sont posés sur les comptoirs pour rappeler aux passagers la nécessité d’adopter une attitude courtoise envers le personnel.

Dans le terminal de Kloten, certains employés se sont fait cracher dessus, des passagers se sont mis à hurler ou à grimper par-dessus les barrières de sécurité. Il est aussi arrivé que des collaborateurs se fassent poursuivre pour des réclamations à la fin de leur service. «Les gens ont des exigences de plus en plus élevées et considèrent un vol comme un dû, mais parallèlement, ils sont de moins en moins autonomes», soupire un employé sous couvert d’anonymat.

Face au ras-le-bol du personnel au sol, les syndicats ont résilié récemment la convention collective de travail avec Swissport et menacent d’organiser des actions de protestation.

Plus calme dans les airs

Si les tensions sont nombreuses dans les aéroports, le comportement des passagers une fois en vol semble s’améliorer après la levée des mesures pour lutter contre le Covid. L’année dernière, ce sont surtout ces restrictions qui avaient entraîné une nette augmentation des incidents à bord, indique Karin Montani, porte-parole de Swiss, au «Tages-Anzeiger». Des chiffres pour l’année en cours ne sont pas encore disponibles, mais «on peut déjà dire que la suppression progressive des mesures anti-Covid ce printemps, particulièrement l’obligation de porter un masque, a un effet clairement perceptible». Selon la responsable, les altercations avec des passagers récalcitrants sont nettement moins fréquentes.

(jba)

Ton opinion

146 commentaires