Actualisé 24.06.2013 à 17:33

Banques

Les patrons ont gagné 10% de moins en 2013

Scandales à répétition, critiques des actionnaires et pression des régulateurs ont laissé des traces sur les fiches de salaire des grands banquiers.

Le directeur de la banque américaine Wells Fargo, John Stumpf, devient le banquier le mieux rémunéré.

Le directeur de la banque américaine Wells Fargo, John Stumpf, devient le banquier le mieux rémunéré.

Les directeurs des 15 plus grands établissements d'Europe et des Etats-Unis ont gagné l'an dernier en moyenne 11,5 millions de dollars (quelque 10,7 millions de francs), soit 10% de moins qu'en 2011.

Ce montant résulte d'une étude publiée lundi dans le «Financial Times». Avec un revenu de 19,3 millions de dollars en 2012, soit une hausse de 7,8% par rapport à l'an dernier, le directeur de la banque américaine Wells Fargo, John Stumpf, devient le banquier le mieux rémunéré, détrônant Jamie Dimon de JPMorgan. Il a contribué à faire de la Wells Fargo une gagnante de la crise financière, faisant entrer des bénéfices record.

Conséquences de la «baleine» de Londres

Le directeur de JPMorgan a en revanche subi les conséquences de pertes se chiffrant à plusieurs milliards, liées à l'affaire de la «baleine» de Londres. Son salaire a ainsi plongé de 19% à 18,7 millions de dollars.

Le patron de Goldman Sachs, autre établissement américain, LLoyd Blankfein, malgré une baisse de 17,7% de ses revenus, parvient à se hisser au troisième rang avec 13,3 millions de francs.

Le banquier européen le mieux payé est le parton d'HSBC Stuart Gulliver avec 12,9 millions de dollars, soit une hausse de près de 25% par rapport à 2011. Comme le leader du classement John Stumpf, il est l'un des trois seuls dirigeants à avoir vu leur salaire augmenter en 2012.

Salaire en hausse pour Brady Dougan

Parmi eux figure également Brady Dougan, directeur de Credit Suisse, avec un revenu de 7,8 millions de francs. Il n'avait gagné «que» 5,8 millions de francs l'année précédente.

La hausse est intervenue alors que la situation sur le marché des actions était loin d'être réjouissante pour le numéro deux bancaire helvétique. En effet, tandis que 13 des 15 établissements passés en revue dans le rapport voyaient leurs cours dépasser le FTSE World Index, CS et la banque espagnole BBVA ont enregistré un recul.

Sergio Ermotti au neuvième rang

Brady Dougan se place ainsi au onzième rang du classement publié par le quotidien britannique, non loin de son concurrent d'UBS Sergio Ermotti. Le Tessinois, à la tête du numéro un bancaire suisse a empoché 8,9 millions de francs au total en 2012, gagnant la neuvième place.

Pour réaliser son étude, la société américaine d'analyse Equilar a tenu compte des revenus fixes, des bonus, ainsi que des rémunérations en actions et en primes. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!