Crise financière: Les pays de l'UE multiplient les initiatives
Actualisé

Crise financièreLes pays de l'UE multiplient les initiatives

Le Portugal et l'Espagne ont rejoint lundi la liste des pays européens qui entendent améliorer la protection de l'épargne des particuliers pour tenter de rassurer face à la crise.

Une initiative commune de l'UE, comme un relèvement du minimum de garantie des dépôts, n'était pas exclue.

«Les dépôts des Portugais dans n'importe quelle banque qui opère au Portugal sont garantis», a promis devant la presse le ministre portugais des Finances Fernando Texeira Dos Santos, en arrivant à une réunion des ministres des Finances de la zone euro (Eurogroupe) à Luxembourg.

«Je voudrais aussi vous dire qu'au cours des réunions de l'Eurogroupe et de l'Ecofin (des ministres des Finances de l'Union européenne), je défendrai la nécessité que tous les pays de l'Union européenne nous donnent cette garantie».

«Il est important que cette garantie soit donnée pour restaurer la confiance en nos systèmes financiers», a-t-il ajouté. Le Portugal garantit actuellement les dépôts des particuliers jusqu'à 25 000 euros.

De son côté, le gouvernement espagnol a annoncé son intention d'augmenter «avec caractère immédiat» son Fonds de garantie des dépôts bancaires, à l'issue d'une réunion entre le premier ministre José Luis Rodriguez Zapatero et les dirigeants des principales banques du pays. La mesure n'a pas été pour le moment quantifiée.

Eviter la panique

Plusieurs Etats européens ont pris des initiatives similaires ces derniers jours pour garantir l'épargne de leurs citoyens, des promesses qui visent avant tout à éviter un mouvement de panique et des retraits massifs comptes qui mettraient à mal tout le système bancaire.

Les ministres des Finances européens discutent du reste d'une mesure concertée sur le sujet. «Parmi les idées évoquées figure l'augmentation du minimum de garantie des dépôts dans l'Union européenne», actuellement fixé à 20 000 euros par client, a indiqué une source diplomatique à Luxembourg.

«Il y a des projets sur la table pour arriver à un cadre commun européen», car «nous avons des systèmes trop différents en Europe» a souligné pour sa part le ministre néerlandais des Finances Wouter Bos, sans plus de détails. «J'espère fortement que demain nous pourrons prendre une décision pour qu'il n'y ait pas de doute sur la solidarité européenne», a-t-il ajouté.

Les gouvernements français, belge, allemand, grec et italien ont d'ores et déjà promis de protéger les dépôts de leurs ressortissants dès le premier euro. Certains pays ont augmenté le plafond de garantie de leurs dépôts. Il a ainsi doublé en Suède, à 51 110 euros par personne, et, au Royaume-Uni, il a été porté de 35 000 à 50 000 livres (63 000 euros).

Vienne suit Berlin

L'Irlande a été le plus loin en s'engageant à rembourser pendant deux ans toutes les sommes déposées au sein des établissements financiers, et notamment l'épargne des particuliers, au cas où ils viendraient à faire faillite. Ce qui a irrité la Grande-Bretagne, qui redoute une fuite de capitaux.

L'Allemagne a de son côté annoncé dimanche soir la couverture par l'Etat de toute l'épargne des ménages. Vienne a dû suivre. «L'Autriche est prête, comme je l'ai annoncé, soit à rehausser la limite de la garantie d'Etat, soit à supprimer la limite, selon l'issue des discussion aujourd'hui et demain», a dit le ministre des Finances Wilhelm Molterer à Luxembourg.

Et au niveau de l'ensemble de l'Union, les 27 pays membres se sont engagés lundi à prendre «toutes les mesures nécessaires» pour garantir la stabilité du système financier et protéger les épargnants, dans une déclaration lue en leur nom par le président français, Nicolas Sarkozy.

La déclaration des 27 cite l'injection de liquidités par les banques centrales, des mesures ciblées sur certaines banques et des dispositifs renforcés de protection des dépôts.

(ats)

Ton opinion