Agriculture : Les paysans vont lancer une initiative
Actualisé

Agriculture Les paysans vont lancer une initiative

Réunis jeudi en assemblée à Granges-Paccot (FR), les 300 délégués de l'Union suisse des paysans ont donné voté le lancement de l'initiative populaire pour un Swissness crédible.

La date effective du coup d'envoi de la récolte des signatures pour l'initiative populaire dépendra des évolutions au Parlement fédéral: si les choses avancent dans le sens de l'USP lors de la prochaine session, elle attendra, sinon, le comité donnera le signal officiel du lancement.

Le projet du gouvernement prévoit qu'un produit alimentaire ne peut arborer le label à croix blanche qu'à condition que 80% de son poids provient de matières premières indigènes. Du côté de l'industrie agro-alimentaire, 60% seraient bien suffisants et la commission des affaires juridiques du Conseil national est récemment entrée en matière sur ce taux.

Dans son discours d'ouverture, le président Hansjörg Walter a fait part de sa déception. Le conseiller national (UDC/TG) a insisté sur l'importance d'une réglementation crédible.

«Il y a encore cinq ans, on était de gauche lorsque l'on ne croyait pas de façon inconditionnelle à la capacité d'autorégulation de marchés les plus libres possibles. Aujourd'hui, de nombreux économistes de renom en appellent à des règles imposées par l'Etat», a-t-il dit.

Recul massif de l'exportation de fromages

L'envolée du franc suisse pénalise les entreprises suisses tournées vers l'exportation. Ces dernières «se plaignent et se lamentent, diminuent leurs effectifs et délocalisent des emplois à l'étranger pour réduire les coûts».

«Dans l'agriculture, difficile de trouver de telles parades: nous sommes liés à nos terres», a-t-il lancé. Et de rappeler que la demande de fromages suisses a reculé de 8% pendant les neuf premiers mois de l'année.

Invité d'honneur, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a salué les bonnes prestations de l'agriculture suisse, mais la nécessité d'augmenter la productivité est valable pour elle aussi. «Il est toujours possible de réaliser des économies - à condition de le vouloir», a-t-il dit.

Il a enjoint les paysans suisses à se renforcer comme entrepreneurs. Ce qui n'a pas manqué de faire grincer des dents dans l'assemblée. Et lui a valu une petite remarque de M. Walter: c'est bien comme entrepreneurs que les paysans suisses se comprennent aujourd'hui.

Situation catastrophique

Les délégués sont unanimes à juger la situation du marché du lait catastrophique. Ils ont approuvé la proposition du directeur de l'USP, le conseiller national Jacques Bourgeois (PLR/FR), d'appeler tous les acteurs du marché du lait à réagir. Leur appel vise en premier lieu les acheteurs et le commerce de détail, ainsi que l'Interprofession du lait.

Selon eux, cette dernière s'est discréditée en n'arrivant pas à mettre en oeuvre les mesures qu'elle avait elle-même prises. Directeur de la chambre jurassienne d'agriculture, Michel Darbellay a demandé à ce que l'USP s'engage pour une réorganisation en profondeur de l'Interprofession.

Médias primés

L'USP a décerné pour le 3e fois le Prix Média, créé pour récompenser des travaux journalistiques de qualité sur le monde paysan. En Suisse alémanique, a été distingué l'article «Die Bio- Illusion», publié dans le «Beobachter» par Martin Müller, Susanne Loacker et Stefan Kubli. Côté romand, le prix a été attribué à Jean- Bernard Menoud pour son émission «Oh la vache!» à la TSR.

(ats)

Ton opinion