Arabie saoudite: Les pèlerins lapident Satan
Actualisé

Arabie saouditeLes pèlerins lapident Satan

Armés de cailloux, les pèlerins ont commencé mardi le rituel de lapidation de Satan dans la vallée de Mina, près de La Mecque.

Des milliers de cailloux volaient mardi au dessus des têtes des pèlerins qui entouraient un pilier de 30 mètres, la plus haute de trois stèles représentant Satan. Les fidèles participent au plus grand pèlerinage annuel au monde ont dormi dans la vallée de Mina, une immense ville de tentes, après avoir prié lundi sur le Mont Arafat dans ce qui est considéré comme le moment fort du hajj.

La lapidation de Satan, un exercice à haut risque, a été marquée ces dernières années par des bousculades mortelles avant que les autorités saoudiennes n'aménagent le site. Les fidèles y accèdent maintenant par un pont de plusieurs niveaux et leur flux est contrôlé par les forces de l'ordre qui veillent à garder un mouvement fluide.

Fête du sacrifice

Après la lapidation, les fidèles sont censés immoler une bête pour marquer l'Aïd al-Adha, ou la fête du sacrifice, en souvenir du prophète Ibrahim qui a failli sacrifier son fils Ismaïl avant que l'ange Gabriel ne lui propose un mouton à la place, selon la tradition.

Les pèlerins achètent des bons auprès des autorités saoudiennes qui se chargent d'immoler les bêtes, de geler les carcasses avant de les envoyer sous forme d'aide aux nécessiteux des pays islamiques.

Aucun incident

Après ce rituel, les fidèles doivent se rendre à La Mecque pour tourner autour de la Kaaba, construction cubique au centre de la Grande mosquée. Ils se livrent ensuite à la déambulation entre Safa et Marwa sur les pas de Hajar, épouse du prophète Abraham, qui selon la tradition avait couru entre ces deux lieux pour chercher de l'eau pour son fils Ismaïl, jusqu'à ce que la source de Zamzam jaillisse à ses pieds.

Le hajj, auquel participent cette année plus de deux millions de fidèles venus du monde entier, prend fin vendredi. Il n'a été marqué jusqu'à présent par aucun incident majeur. (ats)

Ton opinion