Naturalisation facilitée: Les pendulaires se plaignent de l'affiche UDC
Actualisé

Naturalisation facilitéeLes pendulaires se plaignent de l'affiche UDC

La campagne lancée lundi contre la naturalisation facilitée des étrangers de 3e génération met en scène une femme en niqab. Les CFF ont reçu des dizaines de plaintes de la part de voyageurs outrés.

par
daw/ofu
Voici l'affiche en question.

Voici l'affiche en question.

Twitter

A peine débutée, la campagne créé déjà la polémique. Les récentes affiches de politiciens UDC, placardées lundi dans plusieurs grandes villes et gares de Suisse, ne plaisent pas à tout le monde. Elles montrent une femme en niqab et comportent l'inscription suivante: «Naturalisations incontrôlées? - Non à la naturalisation facilitée». Avec ces écriteaux, le conseiller national Andreas Glarner (UDC/AG) et son comité invitent les Suisses à voter «non» à la naturalisation facilitée des étrangers de 3e génération le 12 février prochain.

Après l'annonce du mouvement politique Operation Libero de vouloir rassembler un maximum d'argent pour faire placarder des affiches pour contrer celles du parti agrarien, plusieurs clients CFF ont fait part de leur mécontentement. «Je trouve qu'une telle affiche n'a rien à faire dans un endroit où passent des milliers de touristes tous les jours. C'est mauvais pour le tourisme et donne une mauvaise image de la Suisse et des CFF», estime même un employé de l'ex-régie fédérale, qui ne comprend pas comment son employeur peut tolérer une telle chose.

«Ces gens sont intégrés»

Une lectrice de «20 Minuten» affirme pour sa part avoir d'ores et déjà envoyé un mail aux CFF pour leur demander de retirer immédiatement l'affiche des gares. La détentrice d'un abonnement général explique que «la liberté de religion n'a rien à voir avec la naturalisation facilitée des étrangers de la 3e génération». Et d'ajouter: «Il s'agit de personnes qui sont nées ici. C'est le cas de nombreux Italiens, par exemple. Ces gens sont intégrés dans le marché du travail et parlent notre langue.»

Selon la lectrice, la femme en niqab sur l'affiche UDC représente une menace qui n'existe pas en réalité - et encore moins dans ce contexte. «La campagne diffuse de fausses informations et appelle à la peur des gens. Les CFF veulent-ils soutenir cette haine et cet acharnement?»

«Je me sens discriminée»

Des internautes ont même lancé un groupe public sur Facebook appelé «So nicht, SBB!» (pas comme ça, CFF!). Mercredi vers 15h, il comptait 614 membres. La grande majorité des messages postés s'adresse directement à l'ex-régie fédérale: «S'il vous plaît, enlevez les affiches UDC qui ne sont pas factuelles», écrit une des internautes, qui s'estime blessée dans ses sentiments. Une autre utilisatrice vise directement le patron des CFF: «Cher Andreas Meyer, je vous demande poliment de faire enlever les affiches de l'UDC dans les gares. En tant que cliente issue de la migration, je me sens discriminée.»

CFF tenus d'accepter les pubs politiques

Contactée par nos collègues alémaniques, l'ex-régie confirme avoir été contactée par une «petite dizaine» de clients à ce sujet. Le porte-parole Reto Schärli explique que ce nombre est comparable avec celui enregistré pour d'autres campagnes politiques comme celle des moutons noirs, également issue des rangs du parti agrarien. Reto Schärli précise finalement: «Nous sommes neutres politiquement et devons, depuis un jugement du Tribunal fédéral allant dans ce sens, accepter les publicités politiques dans les gares et les trains.»

Ton opinion