19.03.2020 à 16:45

Bolide électrique

Les petites caisses cultes électriques

Elles forment un trio de petites citadines électriques fort intéressant: la Smart, la Mini et la Honda.

de
Michael Baumann
1 / 3
La mobilité électrique est surtout intéressante pour effectuer de courtes distances dans des petites citadines dont font partie les modèles cultes, désormais électriques, Smart et Mini (photo).

La mobilité électrique est surtout intéressante pour effectuer de courtes distances dans des petites citadines dont font partie les modèles cultes, désormais électriques, Smart et Mini (photo).

Hersteller
La Smart fortwo occupe une place toute particulière dans le coeur des Suisses, parce que ses débuts remontent à une idée des années 1990 du fondateur de Swatch, Nicolas Hayek.

La Smart fortwo occupe une place toute particulière dans le coeur des Suisses, parce que ses débuts remontent à une idée des années 1990 du fondateur de Swatch, Nicolas Hayek.

Hersteller
La Honda e, qui bénéficie du statut de culte avant même sa sortie, se joint désormais à ses deux concurrentes.

La Honda e, qui bénéficie du statut de culte avant même sa sortie, se joint désormais à ses deux concurrentes.

Hersteller

Parmi les voitures électriques disponibles actuellement, on retrouve deux modèles cultes: la Mini Electric et la Smart EQ fortwo. Toutes deux se sont distinguées de la flotte de véhicules internationale longtemps avant la nouvelle ère de l'électrique en raison de leur caractère unique et de leur popularité.

Depuis son lancement en 1959, la Mini s'attire les sympathies du public, qui vont bien au-delà du monde automobile. Au plus tard depuis son apparition remarquée dans le film «L'or se barre» de 1969 et dans son remake de 2003 «Braquage à l'italienne», la petite Britannique fait partie des voitures les plus cultes. Et la Smart fortwo occupe une place tout à fait particulière dans le cœur des Suisses, parce que ses débuts remontent à une idée des années 1990 du fondateur de Swatch, Nicolas Hayek. À l'époque, le Suisse avait déjà des envies d'électrique, mais il était en avance sur son temps et le marché n'était pas encore prêt. Ce n'est que plus de 25 ans plus tard que sa vision est devenue réalité. Aujourd'hui, la Smart n'est construite plus qu'en version électrique.

Concurrence du Japon

Mais voici qu'une nouvelle venue sans tradition, mais qui récolte quantité d'éloges, vient empiéter sur le territoire des deux voitures électriques cultes. Il s'agit de la Honda e. Lors de sa présentation à l'occasion du salon de l'automobile de Tokyo 2017, les médias étaient déjà tout feu tout flamme pour la petite voiture si mignonne avec ses phares et ses feux arrière ronds, qui lui confèrent une certaine originalité, un certain charisme et une touche rétro. On disait déjà alors que la Honda e ne serait construite qu'en version électrique.

Les Japonais ont fait suivre ces paroles par des actes. La petite Honda à l'allure cool est la première voiture 100% électrique de la marque nippone, qui devrait être suivie par cinq autres d'ici 2022. Mais la Honda e, dont la trappe de recharge se trouve sur le capot, ne se distingue pas uniquement par son apparence externe, car elle catapulte la digitalisation dans ce segment à un tout autre niveau.

Sur la Honda e, les rétro-caméras, qui transmettent des images très nettes sur deux écrans positionnés dans l'habitacle, remplacent les rétroviseurs externes des deux côtés du véhicule. Habituellement, cette technologie n'apparaît que sur les prototypes ou est réservée à de rares modèles de série (Audi e-Tron) dans des segments beaucoup plus chers. Non seulement, c'est très chic, mais cela offre des avantages de nuit, par temps de brouillard et de pluie. Les images des caméras s'affichent sur des écrans de part et d'autre d'un tableau de bord composé, lui aussi, de plusieurs écrans.

Destinée aux courtes distances

On peut y afficher simultanément différentes informations, notamment l'autonomie et l'énergie de la voiture, la carte du système de navigation ou encore les stations de radio. On peut activer de nombreuses commandes par le biais de l'assistant vocal. Mais on peut parfaitement régler certaines fonctions comme le chauffage du siège ou le volume des hauts-parleurs de manière traditionnelle. Et pendant le temps de recharge, il est possible de regarder un film ou de jouer à un jeu sur l'écran panoramique.

Honda positionne évidemment la petite électrique parmi les citadines destinées aux courtes distances. Car, comme l'ont révélé des études, la distance moyenne parcourue en Europe n'est que d'environ 40 kilomètres par jour. L'autonomie maximale de 220 kilomètres devrait donc amplement suffire pour plusieurs jours. En conséquence, Honda a adapté la taille de la batterie, ce qui lui permet de maintenir un poids relativement faible du véhicule. Il en va de même pour la Mini Electric et surtout pour la Smart EQ fortwo, même si la Britannique qui fait partie de BMW offre une autonomie un peu plus importante.

Toutes les trois partagent une qualité commune. Que ce soit à l'arrêt ou en conduite, elles déclenchent des émotions et se démarquent de la concurrence toujours plus grande. En contrepartie, les clients doivent débourser plus d'argent. À la fin de l'année, le trio deviendra un quatuor, lorsque la Fiat Cinquecento fera son entrée sur le marché dans le plus grand silence grâce à sa motorisation électrique.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!