Les petits ânes disparaissent de Grèce

Actualisé

Les petits ânes disparaissent de Grèce

Athènes - Victimes de la modernisation, les petits ânes des villages de Grèce ne seront bientôt plus qu'un souvenir, prédit un chercheur.

Les bourricots ne sont plus que 18 000, contre plus d'un demi-million autrefois.

«Les ânes et la mentalilté de la Grèce moderne ne font pas bon ménage», estime le vétérinaire George Arsenos dans un entretien au quotidien «Ethnos». «Ils font partie de notre héritage culturel mais ils ont été marginalisés par la mécanisation de l'agriculture. C'est une erreur qui conduit à la disparition de cet animal de Grèce», ajoute-t-il.

Les bourricots ne servent plus souvent que comme attraction pour touristes dans les îles grecques. Mais dans certains villages isolés de montagne, l'âne reste le seul moyen de transport, note M. Arsenos.

Utilisés comme bêtes de somme depuis l'antiquité, les ânes ont aussi joué un rôle important sur les champs de bataille de la Seconde guerre mondiale et dans la guerre civile qui a suivi en 1944-1949.

(ats)

Ton opinion