Les pharmacies romandes: une catastrophe
Actualisé

Les pharmacies romandes: une catastrophe

La FRC a testé vingt pharmacies en Suisse romande. Autant dire que le résultat n'est pas bon. Il est même franchement effrayant.

Sur les vingt pharmacies testées, explique Jean-A. Luque, rédacteur en chef de la Fédération romande des consommateurs, sur le site de la FRC, une seule a été capable de mettre en garde contre la prise simultanée de deux médicaments achetés.

Le test a été effectué début septembre, explique le site de la TSR, qui a révélé l'information lors de son «19 :30». De faux clients se présentaient dans les pharmacies: ils demandaient à acheter des comprimés contre les brûlures d'estomac et cherchaient à obtenir des antibiotiques, sur ordonnance. Or les deux sont incompatibles: il faut laisser s'écouler au minimum deux heures entre la prise et des uns et des autres, sans quoi les médicaments de style «Rennie» risquent de diminuer l'action des antibiotiques.

Dans 19 cas sur 20, le pharmacien n'a fait aucune recommandation spontanée. Le client demandait alors conseil. Là encore, les réponses laissaient à désirer, allant de «ne vous exposez pas au soleil» à carrément «vous pouvez prendre les deux ensemble».

Plus inquiétant encore: dans six des pharmacies visitées, aucun pharmacien n'a vérifié les ordonnances. Dans un quart, aucun dossier n'a été ouvert au nom du patient.

Sur le site de la FRC, Jean-A. Luque rappelle qu'il «n'existe aucun règlement qui précise qu'un pharmacien doit contrôler personnellement les ordonnances». «Si nous ne voulons pas que nos pharmacies ressemblent bientôt aux dispensaires américains cachés au fond d'un couloir de supermarché, il faut réagir, et vite. Il en va de notre santé», conclut-il.

(mam)

Ton opinion