Avion détourné en Libye: Les pirates de l'air voulaient se rendre à Paris
Actualisé

Avion détourné en LibyeLes pirates de l'air voulaient se rendre à Paris

Le détournement d'un avion de ligne soudanais vers la Libye s'est achevé de manière pacifique mercredi après la reddition des deux pirates de l'air.

Se présentant comme des rebelles du Darfour, ils disaient vouloir se rendre à Paris.

Les deux auteurs du détournement se sont rendus à l'issue de négociations avec les autorités libyennes, a rapporté l'agence officielle Jana. «Les pirates se sont livrés sans violences et les membres de l'équipage de l'avion sont sains et saufs», a indiqué un responsable libyen. Les passagers avaient été libérés en premier.

L'avion avait été détourné mardi vers l'oasis de Koufra, dans le sud-est de la Libye, une demi-heure après son décollage de Nyala, la capitale du Darfour-Sud au Soudan. Il devait rejoindre Khartoum, la capitale soudanaise.

L'appareil - un Boeing 737/200 de la compagnie privée soudanaise Sun Air - transportait 87 passagers et huit membres d'équipage. Tous les passagers étaient de nationalité soudanaise à l'exception de deux officiers égyptiens membres de la force hybride ONU-UA au Darfour, de deux ressortissants éthiopiens et d'un ressortissant ougandais.

«Une nuit terrifiante»

Les pirates, qui voulaient se rendre à Paris, avaient été obligés de faire atterrir l'avion à Koufra pour s'approvisionner en carburant. Mais les autorités libyennes ont refusé de leur en fournir et ont engagé le dialogue avec eux. Les deux hommes étaient armés de pistolets, selon un passager.

Après une première série de négociations, les passagers et deux membres d'équipage avaient été relâchés par les pirates de l'air. Mais six autres membres de l'équipage restaient détenus avant la reddition des auteurs du détournement.

La télévision d'Etat libyenne a diffusé des images montrant les passagers visiblement fatigués, circulant entre des militaires libyens armés. «C'était une nuit terrifiante et pénible. Je remercie les autorités libyennes pour leurs efforts qui ont permis notre libération», a indiqué un passager soudanais.

L'identité des pirates n'a pas été précisée dans l'immédiat. L'Aviation civile soudanaise a affirmé que les deux hommes comptaient demander le statut de réfugiés en France.

Le chef de la SLA dément

Les pirates avaient affirmé appartenir à l'Armée de libération du Soudan (SLA), un mouvement rebelle du Darfour. Ils voulaient rejoindre leur chef Abdel Wahid Mohammed Nur à Paris, selon le directeur de l'aéroport militaire de Koufra, Khaled Saseya, qui citait le pilote de l'avion détourné.

D'après le pilote, «les pirates ont affirmé avoir coordonné (l'opération) avec lui (Mohammed Nur) pour le rejoindre à Paris», et demandé un plan de vol leur permettant de rallier la capitale française, a dit M. Saseya. Mais Mohammed Nur, qui vit à Paris, a démenti tout lien avec ce détournement.

«C'est un vrai chef de la rébellion, de la résistance du Darfour, qui dit qu'il ne connaît pas ces gens et qu'il refuse absolument d'employer ces méthodes, c'est plutôt un homme pacifique», a déclaré de son côté le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner. (ats)

Ton opinion