Actualisé 24.11.2008 à 15:27

Pétrolier piraté

Les pirates du supertanker maintiennent leurs exigences

Les pirates somaliens maintenaient lundi leurs prétentions financières - 25 millions de dollars - pour libérer le superpétrolier saoudien.

Un chef islamiste, dont les hommes opèrent dans la région où mouille le pétrolier, avait déclaré plus tôt que le montant avait été revu à la baisse.

«Nous n'avons pas changé le montant de la rançon qui demeure exactement à 25 millions de dollars. Lorsque nous voudrons modifier ce montant, cela devra être accepté à l'unanimité, par l'ensemble des personnes impliquées», a déclaré à l'AFP leur porte-parole, Mohamed Said, par téléphone depuis le port somalien d'Harardhere.

La capture le 15 novembre du Sirius Star, long de 330 mètres et renfermant dans ses cales 300 000 tonnes de pétrole, est l'opération la plus spectaculaire menée jusqu'à présent par des pirates somaliens, qui ont attaqué une centaine de bateaux cette année.

Les pirates exigent depuis jeudi une rançon de 25 millions de dollars pour libérer le supertanker qui transporte une cargaison de pétrole estimée à 100 millions de dollars. Ils avaient alors donné 10 jours aux «Saoudiens» pour s'acquitter de la somme, menaçant dans le cas contraire de prendre des mesures qui pourraient être «désastreuses».

Réunion d'armateurs

La recrudescence des attaques de pirates a conduit des armateurs, réunis lundi à Kuala Lumpur, à demander aux Nations unies de mettre en place un blocus naval des côtes somaliennes.

Si les actes de piraterie ne cessent pas, elles auront des conséquences sérieuses sur le commerce mondial, 90% s'effectuant par la voie maritime, ont aussi prévenu les armateurs, appelant au déploiement d'une «mission maritime de maintien de la paix».

L'OTAN a envoyé fin octobre une flottille de quatre navires de guerre croiser dans les parages et l'Union européenne doit prendre le relais le 8 décembre avec cinq ou six bateaux assistés d'avions de patrouille maritime.

Des bateaux de nombreux pays, ainsi que des navires américains de la Task Force 150 d'appui aux opérations en Afghanistan, participent aussi déjà à la sécurisation de la zone.

Par ailleurs, l'Iran a annoncé lundi négocier avec les pirates qui ont détourné le 18 novembre un cargo iranien battant pavillon de Hong-Kong tout en n'écartant pas le recours à la force militaire.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!